Sumbawa (cheval)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sumbawa.

Sumbawa
Poney Sumbawa harnaché
Poney Sumbawa harnaché
Région d’origine
Région Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Caractéristiques
Morphologie Poney
Taille 1,20 m en moyenne
Robe Souvent avec le gène dun
Tête Lourde, profil rectiligne
Pieds Très solides
Caractère Calme, docile et obéissant
Statut FAO (conservation) Non menacéVoir et modifier les données sur Wikidata
Autre
Utilisation Travail, courses, lait

Le Sumbawa (en indonésien kuda-Sumbawa, soit « cheval de Sumbawa ») est une race de poney originaire de l'île de Sumbawa, en Indonésie. Il fait l'objet d'un élevage d'export florissant pendant toute son histoire. La destruction des forêts locales pour fournir des terrains de pâture a des effets néfastes sur la faune endémique de l'île de Sumbawa. Ce poney est exporté sur l'île de Java et dans le sud des Célèbes au XVIe siècle. La compagnie néerlandaise des Indes orientales introduit des poneys de Sumbawa en Afrique du Sud au XVIIe siècle.

Très proche du poney de Sumba, ou Sandalwood, le Sumbawa est souvent confondu avec ce dernier. Il mesure environ 1,20 m et porte souvent une robe aux caractères primitifs. Deux variétés existent, l'une est historiquement élevée près de Tambora, l'autre près de Bima. Ces poneys servent encore pour tous les travaux de la vie quotidienne, notamment au transport attelé et pour l'agriculture. Ils sont montés en course par de jeunes enfants, une tradition locale très populaire sur l'île de Sumbawa. Les juments sont traites pour leur lait, réputé pour soigner le cancer et les maladies de peau. Bien qu'essentiellement locaux, les poneys de Sumbawa restent très nombreux. L'Indonésie compte plus de 75 000 de ces animaux en 2010.

Dénomination

« Sumbawa », ou en indonésien « kuda-Sumbawa  », est le nom international de la race d'après la FAO. Ce poney est également connu sous le nom néerlandais de Soembawa[1].

Histoire

Les chevaux d'Asie du Sud-Est sont méconnus. Ils font l'objet de peu d'études. Le prisme européen, avec sa recherche d'exotisme, a influencé la vision de l'histoire du cheval[2]. De plus, l'île de Sumbawa n'a attiré que peu d'intérêt international. Une grande partie de ses archives écrites est irrémédiablement détruite[3]. Il faut attendre les recherches de Peter Boomgaard, publiées en 2004, pour obtenir de premières analyses précises[4]. Le commerce de chevaux depuis Sumbawa a toujours été florissant, malgré une rude concurrence avec les éleveurs de Sumba, qui exportent le poney Sandalwood. Il y a aussi une concurrence des éleveurs du Timor et de Savu[5]. L'île de Sumbawa est très connue pour ses chevaux[6], qui font partie de ses principaux produits d'exportation[3]. Les sultans de Bima et du Sumbawa occidental sont réputés pour posséder de nombreux chevaux[7].

Origine

Proches des poneys des îles de Sumba, ceux de Sumbawa sont présumés descendre principalement de chevaux mongols[8], ou de chevaux arabes importés avant 1512. Leur élevage perdure pendant de nombreuses générations dans l'Ouest des Petites îles de la Sonde[1]. Bien que l'origine arabe soit souvent invoquée dans les documents anciens (notamment néerlandais), rien ne prouve une telle ascendance chez les chevaux indonésiens[9]. L'ascendance chinoise est également évoquée[6]. Il semble que la sélection naturelle ait joué un rôle important dans la caractérisation de la race, seuls les animaux capables de résister à la sécheresse survivent et donnent une descendance[3].

Il est difficile de savoir quand exactement a pu débuter l'élevage de chevaux sur l'île de Sumbawa. Les premières sources écrites connues sont les chroniques des explorateurs et des colons européens, qui mentionnent déjà la présence de ces animaux[10]. Le cheval n'étant pas autochtone sur l'île, il est possible que son introduction soit due aux Javanais de l'empire Majapahit, pendant leurs conquêtes du XIVe siècle[11],[12].

Du XVIe siècle au XVIIIe siècle

Au début du XVIe siècle, la présence de chevaux sur Sumbawa est certaine[13], ils y sont le principal produit d'export avec le bois[3]. Les îles de Bali, Lombok et Sumbawa fournissent Java en chevaux[14], le sud des Célèbes est également demandeur[3]. La littérature est prolifique concernant ces exportations depuis Sumbawa[15]. Il semble que des chevaux voyagent beaucoup entre les différentes îles, plus fréquemment du Nord-Ouest de l'Indonésie vers le Sud-Est, pour finalement arriver dans le Timor oriental[13], d'où la grande ressemblance entre toutes les « races » indonésiennes. L'élevage du cheval a des conséquences écologiques majeures sur l'île de Sumbawa, qui accueille une faune endémique riche[16]. Au moins depuis le XVIe siècle, l'extension des zones de pâturage pour les chevaux s'effectue au détriment de la forêt locale[17]. De plus, l'économie est basée sur l'agriculture, la culture du maïs et du tabac complétant l'élevage équin[18]. En 1674, Sumbawa entame des relations commerciales avec la compagnie néerlandaise des Indes orientales, mais il semble que des échanges de chevaux existent déjà entre les deux parties avant cette date, quatre poneys présumés Sumbawa ayant été exportés vers Le Cap en 1653. Des relations régulières sont établies afin de fournir Le Cap. Les animaux, décrits comme des « poneys d'Asie du Sud-Est », sont critiqués par certains importateurs Néerlandais car « trop petits et trop légers »[19].

Du XIXe siècle au XXIe siècle

Le poney de Sumbawa jouit d'une excellente réputation, étant cité comme le plus remarquable cheval d'Indonésie, avec sa morphologie proche du cheval arabe, et sa taille généralement inférieure à 1,22 m[20]. The Singapore Chronicle (1825) distingue deux races sur cette île : le cheval de Tambora et celui de Bima. La variété de Tambora est anéantie avec les habitants locaux à cause de l'éruption de 1815[21], qui a des conséquences dramatiques pour toute l'île. Le commerce de chevaux ne redémarre que vers 1830[3]. En 1847, le naturaliste suisse Heinrich Zollinger passe trois mois sur Sumbawa et signale le cheval local comme étant « le principal animal domestique de cette île » et la meilleure race domestique de tout l'archipel. Le cheval est surtout présent à Bima, et dans le Sumbawa occidental[22]. Cette description est reprise par Charles Darwin dans le premier volume de De la variation des animaux et des plantes à l'état domestique[23]. En 1888, Edmond Cotteau écrit lui aussi que « les poneys de Sumbawa passent pour les meilleurs de l'archipel », ajoutant qu'on « les exporte en grand nombre à Java »[24].

Dans les années 1930, la densité de poneys sur l'île atteint les 6 animaux par km²[25]. À la même époque, les îles de la Sonde sont touchées par une épidémie de morve. En juin et juillet 1939, les vétérinaires néerlandais procèdent à des tests et les autorités font abattre 223 animaux sur les 6 721 testés dans le kabupaten de Bima, pour éviter une propagation de l'épidémie[26]. La motorisation commence à remplacer les poneys dès le début du XXe siècle, ralentissant peu à peu les exportations faute de demandes[3]. Dans les années 1980, le poney reste toutefois l'un des principaux moyens de transport à Sumbawa[27].

Description

Poneys Sumbawa sur un chantier de construction de marches au début du XXe siècle.

Le climat équatorial de l'île est présumé avoir fait diminuer la taille de ces chevaux, qui se révèlent finalement similaires aux autres poneys d'Asie du Sud-Est[28]. Les Sumbawa appartiennent au groupe des poneys d'Indonésie[29].

La morphologie du poney de Sumba est proche de celle du poney de Sumbawa. De type primitif, ils présentent une tête lourde au profil rectiligne, et des yeux en forme d'amande[8]. L'encolure est courte et large, surmontée d'une crinière épaisse. Le garrot est assez plat. Le dos est long[8], équilibré et plat[1], le corps est mince et l'animal agile. La croupe est inclinée, le passage de sangle assez profond, et l'épaule droite. Ce poney dispose de jambes fines mais très solides, de même que pour les pieds[8].

Robe

Ils sont habituellement de robe dun, présentant des marques primitives telles qu'une raie de mulet, et des crins noirs[30]. Les robes classiques sont le bai et le dun avec raie de mulet et extrémités noires[8]. On trouve aussi du gris, occasionnellement de l'alezan, mais jamais de pie[20].

Tempérament et entretien

Comme le Sumba, ce poney est calme, docile et obéissant[30],[8]. Le Sumbawa est extrêmement robuste et fort[8]. Dans les publications à son sujet, le poney de Sumbawa est souvent loué pour son endurance, sa résistance et sa vigueur[28]. Depuis une trentaine d'années (2011), les éleveurs de poneys recourent à un système de rotation de pâturage en envoyant les équidés et le bétail d'Empang et de Terano sur une petite île voisine du nom de Pulau Rakitsur. L'accroissement constant du nombre d'animaux risque de poser des problèmes de surpâturage à terme[31].

Variété

La base de données DAD-IS de la FAO compte le Bima comme une race séparée, avec ses propres effectifs distincts, signalant toutefois qu'il s'agit d'une variété du poney de Sumbawa[32]. Le dictionnaire de CAB International (ed. 2002) signale clairement que le Bima, ou Bimanese, n'est qu'une variété du Sumbawa[33].

Utilisations

Procession de chasse sur l'île de Sumbawa

La FAO ne signale pas quelle est l'utilisation principale de la race, mais la variété de Bima sert principalement de monture aux cavaliers agricoles[32]. Ces animaux restent des moyens de transport courants (2011)[27],[31], en particulier attelés devant les petits véhicules hippomobiles locaux, nommés cidomo[6]. Ils servent également aux travaux des champs[34]. Les poneys de Sumbawa ont influencé le cheptel équin de l'Afrique du Sud, notamment après l'établissement des Hollandais dans la ville du Cap en 1652[35]. Occasionnellement, de la viande de cheval est consommée[31].

Courses

Des courses de chevaux avec paris (Pacuan Kuda ou Maren Jaran) sont régulièrement organisées sur l'île, et voient concourir des enfants avec leurs poneys[36] d'environ 1,20 m. La taille des poneys ne leur permet pas d'être montés par des adultes, le poids du cavalier entrant pour beaucoup en compte dans le résultat[37]. Les enfants de Sumbawa apprennent à monter en course dès l'âge de 5 ans et leur carrière peut durer jusqu'à l'âge de 12 ans[38]. Les courses d'enfants sur poney sont considérées comme une tradition, elles génèrent un fort profit via les paris[39]. La carrière d'un enfant jockey se révèle courte et très dangereuse, les décès par chute n'étant pas rares[40].

Lait

Les juments de Sumbawa sont traites pour leur lait : 30 juments laitières remplissent 60 à 80 bouteilles par jour[6].

La première étude consacrée au lait de jument en Indonésie a été menée sur des juments de race Sumbawa en 2004[41]. Portant sur la composition du lait, elle est publiée dans une revue de recherche indonésienne. Elle conclut à une forte activité antimicrobienne (la plus forte parmi les 9 races équines et bovines testées), qui semble propre au poney de Sumbawa, puisqu'on ne la retrouve pas chez les juments métisses issues d'un père Pur Sang[42]. Cette composition antimicrobienne est cependant proche de celle du lait des juments de Sumba[43]. Une autre analyse, publiée en 2013, a porté sur la conservation de ce lait à température ambiante sous sa forme non-pasteurisée après la traite, révélant qu'il peut être consommé jusqu'à cinq jours après la collecte[44]. Cependant, il est fortement conseillé de le consommer au plus tard après deux jours s'il est conservé à température ambiante, car la qualité du lait diminue fortement après le deuxième jour[45]. En 2012, des analyses ont porté sur l'isolement des exopolysaccharides (EPS) produisant des lactobacilles, à partir de lait de jument Sumbawa, afin de déterminer son potentiel comme prébiotiques pour moduler la croissance du bifidobacterium[46].

L'étude menée en 2004 sert de justification à la vente du lait de juments Sumbawa, qualifiées de juments sauvages, comme remède contre le cancer, à des prix assez élevés. À cause du risque de fraudes et de vente de lait de juments domestiques ou d'une autre race, le kabupaten de Dompu a désigné les villages de Saneo (district de Woja) et Taropo (district de Kilo) comme uniques producteurs du lait de juments sauvages[6]. D'après une autre étude indonésienne publiée en 2014, ce lait de juments sauvages de Sumbawa (Susu Kuda Sumbawa, en indonésien) serait très efficace pour le soin antibactérien de certaines maladies de la peau, telles que l'acné[47].

Diffusion de l'élevage

Ces poneys se trouvent en premier lieu sur l'île de Sumbawa, située dans l'Ouest des petites îles de la Sonde. Ils se trouvent aussi dans d'autres îles de l'Indonésie, notamment Sumba, Java, Sumatra[1] et le Timor oriental[32]. Le gouvernement local autorise les habitants à laisser pâturer librement les chevaux dans une vaste zone située sur les versants du Tambora[48]. La FAO répertorie 75 000 de ces poneys selon un comptage assez précis réalisé en 1997[1]. Un autre, réalisé en 2010, en dénombre 77 837, avec une tendance à l'augmentation[1]. Le comptage de la variété Bima sur DAD-IS fait état de 140 000 poneys en 1997, avec une tendance à la stabilité[32].

Le Sumbawa est répertorié dans l'étude de l'université d'Uppsala (2010) comme une race locale asiatique, qui n'est pas menacée d'extinction[49]. D'après l'évaluation de la FAO réalisée en 2007, la race « kuda-Sumbawa » est « non menacée »[50].

Le gouvernement indonésien a édité une série de timbres figurant (entre autres) la race Sumbawa, à l'occasion de l'année chinoise du cheval en 2014[51].

Notes et références

  1. a b c d e et f (en) « Sumbawa/Indonesia », Domestic Animal Diversity Information System of the Food and Agriculture Organization of the United Nations (DAD-IS) (consulté le 30 novembre 2015).
  2. Bankoff 2004, p. 3.
  3. a b c d e f et g (en) Bernice de Jong-Boers, « Environmental History of the Island of Sumbawa (Indonesia) », sur iias.asia (consulté le 22 janvier 2016)
  4. Clarence-Smith 2015, p. 32.
  5. de Jong Boers 2007, p. 60.
  6. a b c d et e (en) Panca Nugraha, « Horse milk cures poverty, cancer on Sumbawa », sur www.thejakartapost.com, (consulté le 22 janvier 2016)
  7. de Jong Boers 2007, p. 56.
  8. a b c d e f et g Hendricks 2007, p. 407.
  9. Clarence-Smith 2015, p. 39.
  10. de Jong Boers 2007, p. 46.
  11. (en) Excerpta Indonesica, Centre for Documentation on Modern Indonesia of the Royal Institute of Linguistics and Anthropology, (lire en ligne).
  12. (en) Peter Turner, Indonesia's Eastern Islands, Lonely Planet, (lire en ligne), p. 181.
  13. a et b (en) H.G. Schulte Nordholt et M.J.L. Yperen, The Political System of the Atoni of Timor, vol. 60 de Verhandelingen van het Koninklijk Instituut voor Taal-, Land- en Volkenkunde, Springer Science & Business Media, , 511 p. (ISBN 940151013X et 9789401510134), p. 49.
  14. Clarence-Smith 2015, p. 36.
  15. de Jong Boers 2007, p. 45.
  16. (en) Damien Onillon, « « Breeds of Empire. The « Invention » of the Horse in Southeast Asia and Southern Africa 1500-1950, Greg Bankoff & Sandra Swart (éds) », Moussons, vol. 15,‎ (lire en ligne).
  17. (en) P. Edwards, « Review of Breeds of Empire: the 'Invention' of the Horse in Southeast Asia and Southern Africa 1500-1950 », Journal of the Economic and Social History of the Orient, vol. 52, no 2,‎ , p. 339–342 (lire en ligne).
  18. (en) Tania Li, Transforming the Indonesian Uplands: Marginality, Power and Production, Taylor & Francis, , 319 p. (ISBN 9057024004 et 9789057024009, ISSN 1025-5869, lire en ligne), p. 63.
  19. (en) Sandra Swart, « Riding high-horses, power and settler society, c. 1654-1840 », Irish Geography,‎ , p. 52 (lire en ligne).
  20. a et b (en) John Crawfurd, « On the Relation of the Domesticated Animals to Civilization », dans Transactions of the Ethnological Society of London, Ethnological Society, (lire en ligne), p. 418.
  21. de Jong Boers 2007, p. 53.
  22. de Jong Boers 2007, p. 54.
  23. Charles Darwin (trad. de l'anglais par Edmond Barbier), De la variation des animaux et des plantes à l'état domestique, vol. 1, C. Reinwals et Cie, Libraires-Éditeurs 15, rue des Saints-Pères, , 2e éd., 494 p., p. 54
  24. Edmond Cotteau, En Océanie: voyage autour du monde en 365 jours, 1884-1885, Librairie Hachette, , 390 p., p. 117.
  25. Bankoff 2004, p. 16.
  26. (nl) R. Soekarno, « Mededeelingen our trent de algemeene malleinatie in de-districhten Bolo en Dompoe van den ambtskring Raba », Nederlandsch-Indische Bladen voor Diergeneeskunde, vol. 52,‎ , p. 259-280 (présentation en ligne).
  27. a et b (en) G. E. Marrison, « Sumbawa Besar », Indonesia Circle. School of Oriental & African Studies. Newsletter, vol. 24,‎ , p. 75–86 (ISSN 0306-2848, DOI 10.1080/03062849608729865, lire en ligne, consulté le 22 janvier 2016)
  28. a et b (en) Peter Edwards, Karl A. E. Enenkel et Elspeth Graham, The Horse as Cultural Icon: The Real and the Symbolic Horse in the Early Modern World, BRILL, , 428 p. (ISBN 9004222421 et 9789004222427), p. 112.
  29. Porter 2002, p. 203.
  30. a et b Hendricks 2007, p. 406.
  31. a b et c (en) Dahlanuddin, Yusuf Ahyar Sutaryono, Sofyan D. Hasan et Mastur, Livestock production systems in Lombok and Sumbawa, Dampak perubahan iklim terhadap mata penghidupan masyarakat di Provinsi Nusa Tenggara Barat, Indonesia, (lire en ligne).
  32. a b c et d (en) « Bima/Indonesia », DAD-IS (consulté le 22 janvier 2016).
  33. Porter 2002, p. 169.
  34. (en) Sarah Eberspacher, « Indonesia's smallest jockeys », sur theweek.com (consulté le 23 janvier 2016)
  35. (en) Thomas Pyke Johnson, « Riding High: Horses, Humans and History in South Africa », Environmental History, vol. 17,‎ , p. 675–677 (ISSN 1084-5453 et 1930-8892, DOI 10.1093/envhis/ems060, lire en ligne, consulté le 22 janvier 2016)
  36. (en) « In Pictures: Indonesia's child jockeys », sur www.aljazeera.com (consulté le 22 janvier 2016)
  37. (en) Yuliandari, « Horse Racing in Sumbawa », sur Tempo English Weekly Magazine, (consulté le 23 janvier 2016)
  38. (en) Beawiharta, « Indonesia's child jockeys brave danger for cash and glory », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 22 janvier 2016)
  39. (en-GB) « Forced to ride: child jockeys in Indonesia – in pictures », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 22 janvier 2016)
  40. (en-GB) Adam Jacques, « Indonesia's five-year-old child jockeys stare down death to stave off », sur The Independent, (consulté le 22 janvier 2016)
  41. (en) Annytha Detha, Mirnawati Sudarwanto, Hadri Latif, Frans Umbu Datta et Puji Rahayu, « Fractionation and Identification Antimicrobial Activity of Sumba Mare Milk Protein Against Causative Agent of Subclinical Mastitis », Global Veterinaria, vol. 11, no 5,‎ , p. 674-680 (ISSN 1992-6197, lire en ligne).
  42. (id) D. Hermawati, M. Sudarwanto, S.T. Soekarto, Fransisca Rungkat Zakaria, S. Sudardjat et F. S. .Tjatur Rasa, « Aktivitas antimikroba pada susu kuda sumbawa », Jurnal.Teknol. dan Industri Pangan, IPB (Bogor Agricultural University), vol. XV, no 1,‎ (lire en ligne)
  43. (en) Annytha Detha, Mirnawati Sudarwanto, Hadri Latif, Frans Umbu Datta et Puji Rahayu, « Fractionation and Identification Antimicrobial Activity of Sumba Mare Milk Protein Against Causative Agent of Subclinical Mastitis », Global Veterinaria, Penfui-Kupang, vol. 11, no 5,‎ , p. 674-680 (ISSN 1992-6197, DOI 10.5829/idosi.gv.2013.11.5.76210).
  44. (id) Chandra Immanuel Saragih, I Ketut Suada et I Putu Sampurna, « Ketahanan Susu Kuda Sumbawa Ditinjau dari Waktu Reduktase, Angka Katalase, Berat Jenis, dan Uji Kekentalan », Indonesia Medicus Veterinus, vol. 2, no 5,‎ (lire en ligne)
  45. (id) Reny Navtalia Sinlae, I. Ketut Suada et I. Putu Sampurna, « Kualitas Susu Kuda Sumbawa pada Penyimpanan Suhu Ruang », Buletin Veteriner Udayana, vol. 6, no 2,‎ (ISSN 2085-2495, lire en ligne, consulté le 22 janvier 2016)
  46. (id) I.N. Sujaya, N.P.D. Aryantini, N.W. Nursini, C.I.D. Cakrawati, N.L.M.E. Juliasari, N.M.U. Dwipayanti et Y. Ramona, « Eksopolisakarida dari Lactobacillus sp. isolat susu kuda sumbawa dan potensinya sebagai prebiotik », Jurnal Veteriner, vol. 13, no 2,‎ , p. 136-144 (ISSN 1411-8327, lire en ligne).
  47. (id) Fauzia Nur Laili, Erna Prawita Setyowati et Susi Iravati, « Susu kuda Sumbawa khas Indonesia bahan kosmetik antibakteri jerawat (Staphylococcus epidermidis) », Trad. Med. J., vol. 19, no 2,‎ , p. 76-81 (ISSN 1410-5918, lire en ligne)
  48. (en) Phil Bicker, « Fearless Riders: The Child Jockeys of Indonesia », sur TIME.com (consulté le 23 janvier 2016)
  49. (en) Rupak Khadka, « Global Horse Population with respect to Breeds and Risk Status », Uppsala, Faculty of Veterinary Medicine and Animal Science - Department of Animal Breeding and Genetics, , p. 58 ; 67.
  50. (en) « Breeds Currently Recorded In The Global Databank For Animal Genetic Resources » [PDF], Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, , p. 63.
  51. « Stamps Issue Series : Year of The Horse 2014 », sur http://www.indonesiastamps.com/, (consulté le 24 janvier 2016).

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Lien externe

Bibliographie

  • [Bankoff 2004] (en) Greg Bankoff, « Bestia incognita: The horse and its history in the Philippines 1880–1930 », Anthrozoös, vol. 17,‎ , p. 3–25 (ISSN 0892-7936, DOI 10.2752/089279304786991873, lire en ligne, consulté le 22 janvier 2016)
  • [Boomgard et Henley 2004] (en) P. Boomgaard et David Henley, Smallholders and Stockbreeders: History of Foodcrop and Livestock Farming in Southeast Asia, KITLV Press, , 344 p. (ISBN 9067182257 et 9789067182256, ISSN 1572-1892)
  • [Clarence-Smith 2015] (en) William G. Clarence-Smith, « Breeding and Power in Southeast Asia : Horses, Mules and Donkeys in the Longue Durée », dans Environment, Trade and Society in Southeast Asia, (ISBN 9789004288058), p. 32-45
  • [de Jong Boers 1997] (nl) Bernice de Jong Boers, « Paardenfokkerij op Sumbawa (1500–1930) », Spiegel Historiael, vol. 32,‎ , p. 438-443
  • [de Jong Boers 2007] (en) Bernice de Jong Boers, « The ‘Arab’ of the Indonesian Archipelago: The Famed Horse Breeds of Sumbawa », dans Breeds of Empire: The ‘invention’ of the horse in Southern Africa and Maritime Southeast Asia, 1500–1950, vol. 42 de NIAS studies in Asian topics, Copenhague, NIAS, , 263 p. (ISBN 8776940144 et 9788776940140), p. 51-64
  • [Bongianni 1988] (en) Maurizio Bongianni (trad. Ardèle Dejey), Simon & Schuster's Guide to Horses and Ponies, New York, Simon & Schuster, , 255  p. (ISBN 0-671-66068-3, OCLC 16755485, lire en ligne), « Sumba and Sumbawa », p. 241. Voir et modifier les données sur Wikidata
  • [Hendricks 2007] (en) Bonnie Lou Hendricks, International Encyclopedia of Horse Breeds, Norman, University of Oklahoma Press, , 2e éd., 486  p. (ISBN 0-8061-3884-X, OCLC 154690199), « Sumba », p. 406-407. Voir et modifier les données sur Wikidata
  • [Porter 2002] (en) Valerie Porter, Mason's World Dictionary of Livestock Breeds, Types and Varieties, CAB International, , 5e éd., 400  p. (ISBN 0-85199-430-X, OCLC 828044517). Voir et modifier les données sur Wikidata