Prélude et fugue en si mineur (BWV 893)

Le Clavier bien tempéré II

Article général Pour un article plus général, voir Le Clavier bien tempéré.

Le prélude et fugue en si mineur, BWV 893 est le vingt-quatrième et dernier prélude et fugue du second livre du Clavier bien tempéré de Jean-Sébastien Bach.



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {

  }
<<
  \relative c' {
    \key b \minor
    \time 4/4

     %% INCIPIT CBT II-24, BWV 893, si mineur
     \partial 4
     s4*0^\markup{Prélude} d16 fis b, cis d fis b, d cis fis g32 fis eis fis ais16 fis cis' e, \bar ".."
      \skip 8*1
      \override Staff.Clef.extra-offset = #'( -1 . 0 )
      \clef bass
     \time 3/8 \partial 8
     s4*0^\markup{Fugue} fis8 d b ais b cis16 d e fis g8 g, g' fis

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver"
     \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2) 
       }
  }
  \midi {}
}


Prélude

Le prélude, noté 4/4 (selon la copie d'Altnikol de 1744), comprend 33 mesures. Beaucoup d'éditions le figure en mesure à 2
2
(66 mesures), suivant en cela le manuscrit autographe (1742). À l'audition, il n'y a aucune différence. Le seul argument subtile en faveur de la copie, étant que ce qui est considéré comme ornement, c'est-à-dire à jouer avec plus de liberté, se reporte sur les triple-croches en forme de gruppetto. Les croches parlantes de la mesure 3 se rapprochant d'autant du thème de la fugue[1].

La pièce est en forme d'invention à deux voix où les mains se partagent deux mélodies sinueuses, si « parfaitement pleines et complètes qu'on a du mal à les faire dialoguer et qu'on ne sait à chaque ligne, à laquelle accorder la prééminence »[2]. La style est sérieux, emprunt d'une certaine violence et appartenant sans doute à la maturité de Bach[3]. L'invention est en style de concerto, parcourant les tons voisins de si mineur : majeur (mesure 9), mi mineur (mesure 13), fa-dièse mineur (mesure 21), pour revenir au ton (mesure 30) — la brusque cassure avec point d'orgue (mesure 29) étant un des traits de la dernière manière de Bach[3].



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

upper = \relative c' {
  \clef treble 
  \key b \minor
  \time 4/4
  \tempo 4 = 66 % les tempos sont ceux de Keller (en général)
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

   %% PRÉLUDE CBT II-24, BWV 893, si mineur
   d16 fis b, cis d fis b, d cis fis g32 fis eis fis ais16 fis cis' e, 
   d16 fis b, cis d fis b, d cis fis cis ais fis r16 r8 s16
   
}

lower = \relative c {
  \clef bass 
  \key b \minor
  \time 4/4
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 
    
   b8 d fis8~ fis32 g fis eis fis8 ais, cis[ fis]
   b,8 d fis8~ fis32 g fis eis fis8 fis, r16 e'16 d cis d
    
} 

\score {
  \new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #"BWV 893"
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>
  \layout {
    \context {
      \Score
      \remove "Metronome_mark_engraver"
      \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2) 
    }
  }
  \midi { }
}


La pièce est construite en trois sections, de manière très carrée, progressant de deux mesures en deux mesures (quatre dans la version 1742), jusqu'au point d'orgue[3]. Bach poursuit par un retour du thème à la main gauche et ajoutant des accords dès la mesure 31[4], conclu en si mineur.



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

upper = \relative c' {
  \clef treble 
  \key b \minor
  \time 4/4
  \tempo 4 = 66 % les tempos sont ceux de Keller (en général)
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 
  \set Score.currentBarNumber = #25
  \context Score \applyContext #(set-bar-number-visibility 1)
  \bar ""

   %% PRÉLUDE CBT II-24, BWV 893, si mineur
   %fis,16 cis'8 e16~ e d32 cis d cis b ais b16 fis'8 a16~ a g32 fis g fis e d
    fis,16 cis'8 e16~ e[ d32 cis] d cis b ais b16 fis'8 a16~ a[ g32 fis | g[ fis] e d] | e16 b'8 d16~ \stemUp d cis32 b cis b ais gis \stemDown ais16 e'8 g16~ g fis32 e fis e d cis | d16 ais8 b16 cis dis e32 dis cis dis e16 ais,8 b16 d ais8 b16 |
   << { \stemDown g'32 fis e8 e16~ e32 fis e dis e16 e~ \stemUp e a,32 g fis g e'16~ e \tempo 4 = 58 g,8 g16~ g \tempo 4 = 25 d' \tempo 4 = 10 \grace d8_( \tempo 4 = 30 cis8)\fermata } \\ { s2. s8 s16 e,16~ e4 } >>
   
}

lower = \relative c {
  \clef bass 
  \key b \minor
  \time 4/4
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 
    
  d,8 fis a[ d] g, b d[ g] cis, e g[ cis] fis, ais cis[ fis] b, g' a,16 g' fis a, g8 e' fis,16 e' d fis, e d' c e, d c' b d, cis! b' ais cis, b ais' b \tempo 4 = 32 b, ais4\fermata
    
} 

\score {
  \new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #""
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>
  \layout {
    indent = #0
    \context {
      \Score
      \remove "Metronome_mark_engraver"
      \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2) 
    }
  }
  \midi { }
}

Fugue

Caractéristiques
3 voix — 3
8
, 100 mes.
⋅ fugue en style de danse
⋅ 9 entrées du sujet
réponse tonale
contre-sujet, 4 entrées
⋅ second contre-sujet
Procédé
strette

La fugue à trois voix, est notée 3
8
et totalise 100 petites mesures.

Au lieu de conclure le second cahier avec une œuvre en apothéose comme il l'avait fait dans le premier livre, Bach tire sa révérence de manière désinvolte[2], avec une fugue aux allures de fughetta. Ce point constitue l'un des problèmes lorsque le recueil est joué de bout en bout[4]. C'est l'un des arguments selon lequel le second livre est un recueil de pièces non liées entre elles, puisque ce couple pourrait être position n'importe où dans n'importe quel tonalité[5]. Cependant Bach ne cherche pas à reproduire le premier cahier, mais a le compléter[6].

Le sujet au rythme de passepied[7], est rieur et léger, avec des sauts d'octaves au caractère jovial. Un premier contre-sujet l'accompagne dans l'exposition (imitation du sujet puis roulade de trille à l'effet de joie de vivre)[6], mais il est abandonné pour le développement, qui en voit surgir (mesure 29) un autre très instrumental qui l'accompagne alors systématiquement, même lorsque le registre est le même (mesures 57–59)[4].



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {

  }
<<
  \relative c' {
    \key b \minor
    \time 3/8
    \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

     %% SUJET fugue CBT II-24, BWV 893, si mineur
     \partial 8
     fis8 d b ais b cis16 d e fis g8 g, g' fis fis, fis' e fis16 e d cis d fis e d cis b

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" }
  }
  \midi {} 
}


La dernière phrase (mesures 87–100) contient une strette des cinq premières notes du sujet. Les petites appoggiatures dissonantes du dernier accord est un ajout tardif, absent du manuscrit de Londres[8]. La satisfaction repose sur la cadence picarde qui fait sonner le dièse, accord surmonté d'un point d'orgue.



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

Dux   = { s4*0-\markup{Dux} fis8 d b ais b cis16 d e fis g8 g, g' fis fis, fis' e fis16 e d cis d fis e d cis b cis }
Comes = { s4*0-\markup{Comes} b8 a fis eis fis gis16 a b cis d8 d, d' cis cis, cis' b cis16 b a gis a cis b a gis fis }

upper = \relative c'' {
  \clef treble 
  \key b \minor
  \time 3/8
  \tempo 4. = 56
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

   %% FUGUE CBT II-2, BWV 893, si mineur
   \partial 8
   << { r8 R4.*5 r8 r8 \Comes g8 a16 g fis e | fis a g fis e d  | e8 fis16 e d cis | d8 fis4~ fis4.~ fis8 e a~ a fis d~ d cis fis~ fis16 gis gis8.\trill fis32 gis a16 } \\ {s8 s4.*15 b,16 cis d e fis e | d8 b ais | b16 cis cis8.\trill b32 cis | d16 e d cis b a | gis ais ais8.\trill gis32 ais | b4 r8 } >>
   
}

lower = \relative c' {
  \clef bass 
  \key b \minor
  \time 3/8
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

   << { \Dux  b16 cis d cis b | a8 fis eis fis16 gis gis8.\trill fis32 gis | a16 b a gis fis e dis eis eis8. dis32 eis | fis8 gis a | b16 cis cis8.\trill b32 cis | d8 ais b~ | b ais16 gis ais8 } \\ { s8 R4.*14 r8 r8 \relative c { \Dux } } >>
} 

\score {
  \new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #"BWV 893"
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>
  \layout {
    \context {
      \Score
      \remove "Metronome_mark_engraver"
    }
  }
  \midi { }
}


Le second contre-sujet :



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {

  }
<<
  \relative c' {
    \clef bass
    \key b \minor
    \time 3/8
    \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

     %% SUJET fugue CBT II-24, BWV 893, si mineur
     \stemDown r16 a16 b, a' b, gis' | a, gis' a, gis' a, fis' | gis, fis' eis gis cis, eis \stemNeutral fis,
     

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" }
  }
  \midi {} 
}

Manuscrits

Les manuscrits considérés comme les plus importants sont de la main de Bach lui-même ou d'Anna Magdalena. Ils sont :

Postérité

Théodore Dubois en a réalisé une version pour piano à quatre mains[11], publiée en 1914.

Bibliographie

  • (en) Hugo Riemann (trad. de l'allemand par John South Shedlock), Analysis of J.S. Bach's Wohltemperirtes clavier [« Katechismus der fugen-komposition »], vol. 1, Londres / New York, Augener & Co. / G. Schirmer, (1re éd. 1890 (de)), 208 p. (lire en ligne)
  • (en) Hugo Riemann (trad. de l'allemand), Analysis of J.S. Bach's Wohltemperirtes clavier [« Katechismus der fugen-komposition = »], vol. 2, Londres, Augener & Co., (1re éd. 1891 (de)), 234 p. (lire en ligne).
  • (en) Cecil Gray, Forty-Eight Preludes and Fugues of J.S .Bach, Oxford University Press, , 148 p. (OCLC 603425933, lire en ligne [PDF]), p. 146–148.
  • Hermann Keller, Le clavier bien tempéré de Johann Sebastian Bach : l'œuvre, l'interprétation, Paris, Bordas, coll. « Études », (1re éd. 1965(de)), 233 p. (OCLC 373521522, présentation en ligne, lire en ligne [PDF]), p. 126–128 (de)
  • (en) Yo Tomita, J. S. Bach’s ‘Das Wohltemperierte Clavier II’ : A Study of its Aim, Historical Significance and Compiling Process, Leeds, University of Leeds, (OCLC 246834603, lire en ligne [PDF])
  • (en) Yo Tomita, J. S. Bach’s ‘Das Wohltemperierte Clavier II’ : A Critical Commentary, vol. 2 : All the extant manuscripts, Leeds, Household World Publisher, , 1033 p. (ISBN 9780952151678, OCLC 313150901, lire en ligne [PDF]), p. 49–56 ; 57–78
  • François-René Tranchefort (dir.), Guide de la musique de piano et de clavecin, Paris, Fayard, coll. « Les Indispensables de la musique », , 867 p. (ISBN 978-2-213-01639-9, OCLC 17967083, lire en ligne), p. 42.
  • Guy Sacre, La musique pour piano : dictionnaire des compositeurs et des œuvres, vol. I (A-I), Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 2998 p. (ISBN 2-221-05017-7), p. 224.
  • (en) David Ledbetter, Bach’s Well-tempered Clavier : the 48 Preludes and Fugues, Yale University Press, , 414 p. (ISBN 0-300-09707-7, OCLC 5559558992), p. 329–332.
  • (en) David Schulenberg, The keyboard music of J.S. Bach, New York, Routledge, , viii–535 p. (ISBN 0415973996, OCLC 63472907, lire en ligne), p. 199–238.
  • Yo Tomita, « préface », dans J.-S. Bach, Clavier bien tempéré, Livre II, Henle, (OCLC 786251450)

Notes et références

Liens externes