Prélude et fugue en si mineur (BWV 869)

Le Clavier bien tempéré I

Article général Pour un article plus général, voir Le Clavier bien tempéré.

Prélude et fugue n°24
BWV 869
Le Clavier bien tempéré, livre I (d)
Si mineur
Si mineur
Prélude
Métrique 4/4
Prélude.
Fugue
Voix 2
Métrique 4/4
Fugue.
Liens externes
(en) Partitions et informations sur IMSLP
(en) La fugue jouée et animée (bach.nau.edu)

Le prélude et fugue en si mineur, BWV 869 est le vingt-quatrième et dernier couple de préludes et fugues du premier livre du Clavier bien tempéré de Jean-Sébastien Bach, compilé vers 1722.

Pour couronner le premier livre, Bach conçoit un couple magistral. Le prélude est un mouvement de sonate en trio évoquant une prière. La fugue — un chef-d'œuvre — est une sorte d'immense méditation douloureuse, d'une exceptionnelle richesse musicale et expressive, citée en exemple par Kirnberger dans son traité de l'harmonie publié en 1773.


\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {
%fontSize = #-2
  }
<<
  \relative c'' {
    \key b \minor
    \time 4/4

     %% INCIPIT CBT I-24, BWV 869, si mineur 
     << { d2\rest^\markup{Prélude} cis4 fis~ \once \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f \time 9/8 fis e d2~ \hideNotes d8 } \\ { fis,4 b2 a4 gis cis2 bes8[ a] } >> \bar ".."

      \once \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f \time 4/4
      r8^\markup{Fugue} fis8 d b g'( fis) b( ais) | e dis c'( b) fis( eis) d'( cis)
  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" 
     \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2)
}
  }
  \midi {}
}
Prélude en si mineur, BWV 869. Copie de Bernhard Christian Kayser vers 1723–1725 (Bibliothèque d'État de Berlin, manuscrit P 401).

Prélude

Le prélude, noté 4/4, comporte 47 mesures.

C'est une pièce mystique, évoquant un prière, qui sonne très bien à l'orgue[1]. Elle est à trois voix : les deux voix supérieures tissent leurs mélodies, tandis que la basse les accompagne calmement en « croches à l'italienne »[2] qu'on aurait tort de « piquer »[3]. Le prélude est de forme binaire, le seul du recueil. Les deux parties sont d'inégales longueurs (17 et 30 mesures) et il n'y a pas de réexposition dans la seconde. Ce schéma sera repris plusieurs fois dans le second livre, mais sans l'association avec les sonates en trio des quatre premiers opus de Corelli[4]. En revanche Bach réutilise le motif en quarte en diminution, passant des noires aux croches avant de revenir aux noires[5] (voir exemple).

Le mouvement indiqué par Bach Andante dans le manuscrit P 415, soit en 1742 soit plus tard[6], (ne doit pas être pris dans son sens romantique), est un tempo tranquille (noire = 69 environ)[7], équivalent à Moderato[6].



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

upper = \relative c'' {
    \tempo "(Andante)"
    \clef treble 
    \key b \minor
    \time 4/4
    \tempo 4 = 69
    %\set Staff.midiInstrument = #"harpsichord"

   %% PRÉLUDE CBT I-24, BWV 869, si mineur 
   << { d2\rest \[ cis4 fis~ fis e d2~ \] d4 cis8 b ais4 b8 cis | fis,4 b2 a4 g2 fis b4 e a, d~ d cis d16 cis b a d4~ d cis b e~ e d } \\ { \[ fis,4 b2 a4 gis \] cis2 b8 a g2~ g8 fis e4~ e d cis fis~ fis e2 d4~ d g2 fis4 | e2 fis4 r4 | e4 a2 g4 fis b2*1/4 } >>
   
}

lower = \relative c {
    \clef bass 
    \key b \minor
    \time 4/4
    %\set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

    b8 cis d e fis gis a b  | cis b ais fis b a g fis | e cis d e fis fis, gis ais | b cis d e fis gis a! fis |
    b8 b, cis a d cis b a g fis' e d cis a' b fis g e a a, d e fis g | a, b cis d e fis g a | b,[ cis d] s8
} 

\score {
  \new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #"BWV 869"
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>
  \layout {
    \context {
      \Score
      %\remove "Metronome_mark_engraver"
      \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2) 
    }
  }
  \midi { \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" }
}


À la reprise, réduction du motif en quarte.



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {
    \remove "Time_signature_engraver"
  }
<<
  \relative c'' {
    \key b \minor
    \time 4/4
    \set Score.currentBarNumber = #18
    \context Score \applyContext #(set-bar-number-visibility 4)
    \bar ""

     %% Motif en croches — Prélude CBT I-24, BWV 869, si mineur 
     << { a'2~ a8 \[ fis b a g4 \] fis g2~ g8 \[ e a g fis4 \] e } \\ { r8 \[ cis8 fis e dis2 \] e4 dis e8 \[ b e d cis2 \] d4 cis } >>

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" 
     %\override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2) 
}
  }
  \midi {} 
}


Bach relie subtilement le prélude diatonique au sujet chromatique de sa fugue[1], en précipitant la coda dans le caractère angoissé des intervalles diminués (à partir de la mesure 42 et croches du soprano, mesure 46)[7],[6].



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

upper = \relative c'' {
    \tempo "(Andante)"
    \clef treble 
    \key b \minor
    \time 4/4
    \tempo 4 = 69
    \set Score.currentBarNumber = #42
    \context Score \applyContext #(set-bar-number-visibility 3)
    \bar ""

   %% PRÉLUDE CBT I-24, BWV 869, si mineur 
   << { \partial 2 b2~ b8 b4 ais8 e'2~ e8 e4 dis8 g2~ g8 fis4 eis8 b' e,16 dis e8 g d4 cis dis8 e ais, b g2 \shiftOnnn fis } 
   \\ { s8 e4 dis8 | g2~ g8 g4 fis8 | b2~ b8 b4 ais8 d2~ d8 c b4~ b ais a8 g4 fis8~ fis e cis4 \shiftOn dis2 } 
   \\ { s1*4 s2 r4 r8     \tempo 4 = 50 ais'8     \tempo 4 = 30 b2-\tweak stencil ##f \p } >>
   
}

lower = \relative c {
    \clef bass 
    \key b \minor
    \time 4/4

    g4 fis e d cis8 b'' ais a | gis g fis b e, e' d cis | b c cis d eis, fis g e fis e fis fis, b2~ -\tweak stencil ##f \f b1 \bar ":|."
} 

\score {
  \new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #""
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>
  \layout {
    indent = #0
    \context {
      \Score
      \remove "Metronome_mark_engraver"
      \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2) 
    }
  }
  \midi { \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" }
}

Fugue

Caractéristiques
4 voix — 4/4, 76 mes.
⋅ fugue pathétique
⋅ 13 entrées du sujet
réponse tonale
contre-sujet, 11 entrées
⋅ 3 divertissements
Procédés
canon, strette, BACH

\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\markup {
  \combine
  \score {
    {
      \key f\major
      \tweak extra-offset #'(-2 . 0) bes'1
      \clef C
      \override Staff.Clef.stencil =
            #(lambda (grob) (grob-interpret-markup grob
                              #{ \markup\rotate #180 \musicglyph #"clefs.C" #}))
      \bar ""
    }
    \layout {
      \context {
        \Staff
        \hide TimeSignature
      }
    }
  }
  \rotate #90
  \translate #'(1 . 0)
  \score {
    {
      \key f\major
      \hide bes'1
      \clef mezzosoprano
      \override Staff.Clef.stencil =
            #(lambda (grob) (grob-interpret-markup grob
                              #{ \markup\rotate #180 \musicglyph #"clefs.C" #}))
      \bar ""
    }
    \layout {
      \context {
        \Staff
        \hide TimeSignature
        \override KeySignature.stencil =
            #(lambda (grob) (grob-interpret-markup grob
                              #{ \markup\musicglyph #"accidentals.natural" #}))
      }
    }
  }
}

La fugue, à quatre voix, notée 4/4, est longue de 76 mesures.

Le premier livre du Clavier bien tempéré se termine par un chef-d'œuvre[8]. Par son importance, cette fugue — indépendamment de sa tonalité — n'aurait pas pu être placée ailleurs[6], tant est patent le sentiment de finalité voulu par Bach : la pièce est conçue comme un couronnement du premier livre[3].

Elle rejoint, par sa grandeur et sa gravité, d'autres œuvres telles que ses Passions[2]. Le soin apporté à ce couple et particulièrement pour la fugue, transparaît également dans les indications de tempos y figurant[9] (largo pour la fugue), qui ne figurent pas toujours sur les partitions modernes[2]. Ces indications peuvent notamment signaler une association expressive[4]. Le chromatisme de ce sujet le relie à celui de Wagner et l'écriture de la mélodie très anguleuse a clairement influencé Schönberg[10].

Sur le manuscrit autographe, la première page de la fugue porte un nombre inhabituel de corrections. Ce qui suggère que Bach était encore indécis sur le texte du dernier mouvement de l'œuvre[4].

Le sujet d'une extraordinaire modernité, profondément expressif et chargé de tristesse[10], est composé de 21 notes en croches qu'encadrent des arpèges descendants. Le sujet est conçu sur des ingrédients traditionnels comme un labyrinthe musical, antithèse de l'hexacorde du sujet en ut majeur, ouvrant le cahier. Le sujet explore les douze degrés de la gamme chromatique, en correspondance évidente avec le principe général qui sous-tend le projet « wohltemperirt » (bien tempéré). Les motifs en soupirs sont soulignés par l'addition de liaisons[4].



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {

  }
<<
  \relative c' {
    \key b \minor
    \time 4/4

     %% SUJET fugue CBT I-24, BWV 869, si mineur 
     r8 \[ fis8_1 d_2 b_3 \] g'_4( fis) b( ais_5) | e_6 dis_7 c'_8( b) fis( eis_9) d'( cis_10) bis \[ cis a_11 fis \] gis2_12\trill fis8.

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" 
     %\override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2) 
}
  }
  \midi {} 
}


Chez Bach le chromatisme semble avoir plusieurs associations définies, notamment sa possibilité d'exprimer la grande souffrance humaine et plus particulièrement la souffrance du Christ. La tonalité de si mineur, tend à porter des motifs en chiasmes, déjà remarqués dans le sujet de la fugue en ut-dièse mineur et présents dans le prélude (mesure 1, notes 3–6 de l’alto) qui est une forte caractéristique du sujet de la fugue : encadrés par des arpèges descendants vers la tonique au début et vers la dominante à la fin, les quatre groupes de quatre croches répètent la figure en chiasme attachée à la tonalité chez Bach et en sont l'usage le plus élaboré[11].

On ne peut nier l'utilisation profondément symbolique du si mineur dans sa musique en général — fugue du Kyrie de la Messe en si, la cantate BWV 150, la Sonate pour flûte BWV 1030 — et dans ce prélude et fugue en particulier[12]. Le sujet de la fugue du Kyrie (plus tardif) montre sa parenté, cependant que de l’impressionnant dessin partagé par les deux œuvres, celui de la fugue pour clavier soit moins clair que celui du Kyrie[4].



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {

  }
<<
  \relative c'' {
    \tempo "Largo ed un poco piano"
    \key b \minor
    \time 4/4
    \tempo 4 = 72 

     %% SUJET fugue de la Messe en si — Kyrie 
     b8. b16 b8 b cis g( fis) cis' d g, fis dis' e16( d c8~) c16 b( ais b) ais4

  }
>>
  \layout {
     #(layout-set-staff-size 15)
     \context { \Score 
     %\remove "Metronome_mark_engraver" 
     %\override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2) 
}
  }
  \midi {} 
}


La première page de la fugue en si mineur, BWV 869 de la main de Bach (Bibliothèque d'État de Berlin, manuscrit P 415).

Le sujet de la fugue en si mineur est assorti de plusieurs satellites. D'abord le contre-sujet très sobre, de même humeur, fait de noires descendantes qui provoquent toutes sortes de frottements harmoniques. Mesures 38 et 45, il est raccourci à quatre ou cinq notes.



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {
    \remove "Time_signature_engraver"
  }
<<
  \relative c'' {
    \key b \minor
    \time 4/4

     %% CONTRE-SUJET fugue CBT I-24, BWV 869, si mineur 
     \partial 4 fis4 e d cis b~ b8 ais b4 

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" 
     %\override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2) 
}
  }
  \midi {} 
}


Un motif de transition vers le contre-sujet (ou tête amovible du contre-sujet), que Bach présente en renversement (mesures 9, 13 et 39) et à d'autres registres.



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {
    \remove "Time_signature_engraver"
  }
<<
  \relative c' {
    \key b \minor
    \time 4/4

     %% CONTRE-SUJET fugue CBT I-24, BWV 869, si mineur 
     eis16 fis[ gis a cis] b[ gis a c] \parenthesize fis4

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" 
     %\override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2) 
}
  }
  \midi {} 
}


Enfin un motif servant de coda au contre-sujet. Ce petit élément est chargé de préparer le retour du sujet et le début des divertissements (mesures 12, 15–16, 24–25, 33, 46—47).



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {
    \remove "Time_signature_engraver"
  }
<<
  \relative c'' {
    \key b \minor
    \time 4/4

     %% CODA du CONTRE-SUJET fugue CBT I-24, BWV 869, si mineur 
     \partial 2 b16 cis d e fis g b, ais | d2

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" 
     %\override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2) 
}
  }
  \midi {} 
}


Les subtilités contrapuntiques jouent peu de rôle dans l'œuvre.

Dans le second divertissement, le sujet est présenté partiellement (ses neuf premières notes), dans de « fausses entrées », avec un décalage d'une mesure, comme une sorte de strette[13] ; à deux voix, alto, soprano (mesure 34), puis à trois voix, soprano, alto, basse (mesure 41) et avant l'entrée du sujet complet au ténor (mesure 44). Mêmes entrées avant (mesure 69) et après (mesure 74), la dernière entrée de la basse (mesure 70). Ce procédé de « fausses entrées » est nouveau et n’a pas encore été rencontré dans le recueil[14].

Tout comme la fugue en la mineur, celle-ci pose une seconde fois dans le recueil le problème des doigtés problématiques et des croisements de voix[13].



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

TrillgisB   = { \tag #'print { gis2\trill } \tag #'midi { gis16 a gis32 a gis a gis a gis16~ gis16 fis32 gis }  }

DuxNotes    = { r8 fis8 d b g'( fis) b( ais) | e( dis) c'( b) fis( eis) d'( cis) bis cis a fis \TrillgisB }
Dux         = { s8*0-\markup{Dux} \DuxNotes }
Comes       = { r8-\markup{Comes} b8 a fis d'( b) e( dis) | a( gis) f'( e) b( ais) g'( fis) eis fis d b cis2~  }

TeteCS      = { eis16 fis gis a cis b gis a c }
ContreSujet = { fis4-\markup{\tiny "Contre-sujet"} e d cis b_~ b8 ais b4_~  }
CodaCS      = { b16 cis d e fis g b, ais d2^~ }
CodaCSFin      = { b16 cis d e fis g b, ais d2*1/8^~ }
CSComplet   = { \TeteCS \ContreSujet \CodaCS }

upper = \relative c' {
  \tempo "Largo"
  \clef treble 
  \key b \minor
  \time 4/4
  \tempo 4 = 54
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

   %% FUGUE CBT I-24, BWV 869, si mineur 
   << { R1 s1*11 \relative c'' { \Comes cis16 } } \\ {  \Dux \stemUp fis8. \CSComplet d8 c b dis e2^~ e8 d cis eis fis8. g16 fis e d b cis e d b fis8 fis'~ fis8. g16 fis e dis cis b cis32 d cis8~ cis16 b a d gis,4  a b2^~ b4 a g2 | \stemDown \shiftOn fis  eis8 dis r8 dis' | dis e r4 r8 e8 d16 cis d b | cis4 b8 fis g2~ g8 } >> 

}

lower = \relative c' {
  \clef bass 
  \key b \minor
  \time 4/4
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 
    
   << { R1*3 \Comes  b16 \stemDown \change Staff = "upper" fis' gis ais b cis fis, eis a2_~ | a8 g fis ais b2_~ b8 ais b4 e4\rest \transpose fis cis \relative c'' { \ContreSujet } fis,16 gis a b cis d fis, eis fis2_~ fis4 e4_~ e8. d16 \stemUp \crossStaff \change Staff = "lower" cis16 b a fis gis b a fis c'8 b16 a b2 e,4 b'8 a gis fis  \stemDown \change Staff = "upper"   fis'8 d e2~ e8 } \\ { R1*8 \relative c { \Dux fis16 fis g a b c e, dis e fis g e ais b d, cis! | d8 b fis'2 \ContreSujet \CodaCSFin } } >> 
    
} 


 thePianoStaff = \new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #"BWV 869"
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>

\score {
  \keepWithTag #'print \thePianoStaff
  \layout {
    \context {
      \Score
      \remove "Metronome_mark_engraver"
      \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2) 
    }
  }
}

\score {
  \keepWithTag #'midi \thePianoStaff
  \midi { }
}

Origine, genèse et relations

Bien que les deux pièces peuvent avoir été composées dans d'autres tonalité que si mineur, il est presque certain cependant que la date de composition soit proche de 1722 — année qui a vu naître la fugue en si mineur BWV 951, sur un sujet extrait de la Sonate en trio op. 1 de Tomaso Albinoni, qui offre quelques similitudes avec la fugue en si mineur.

Le style du prélude — l'écriture en marche de la basse, les retards, la cadence phrygienne de la première section — est en forte corrélation avec les sonates en trio de Corelli, notamment le Preludio grave de l'opus 4 no 2 (1694), avec un traitement plus rigoureux que son modèle[15],[4]. Il est probable qu'une ancienne version s'arrêtait à la seizième mesure et qu'en développant l'œuvre Bach a ajouté à la cadence d'origine une cadence phrygienne. Dans la seconde partie la texture est soudainement plus dense après la double barre[6].

Sur une copie manuscrite d'un élève anonyme de Bach des années 1722–1723, le manuscrit P 401[16] (copié sans doute d'après P 415), figure les quatorze premières mesures du prélude en si mineur BWV 923[17], Bach étant peut-être indécis sur lequel utiliser. Le prélude BWV 993 étant parfois couplé avec la fugue BWV 951. Mais étant donné la nature étroitement organisée des préludes du livre I et son intention de démontrer la technique de composition, il est peu probable que Bach ait souhaité conclure la collection avec un prélude en arpèges aussi lâche et impressionnant[15].

On peut souligner la parenté des mesures 24–25 du prélude, comme l'élément principal des développements de la fugue[6],[13] (fugue : mesures 19–20).


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Postérité

Johann Philipp Kirnberger cite en exemple la fugue dans son traité publié à Berlin en 1773, Die wahren Grundsätze zum Gebrauche der Harmonie (« Les bases véritables de l'utilisation de l'harmonie »)[18].

Vers 1817, comme exercice contrapuntique préparatoire aux derniers quatuors à cordes (conduite des voix intermédiaires notamment), au second mouvement de la neuvième symphonie et à la sonate Hammerklavier, Beethoven réalise une transcription partielle de l'œuvre pour quatuor à cordes. La partition porte le numéro de catalogue Hess 35[19],[20].

Théodore Dubois en a réalisé une version pour piano à quatre mains[21], publiée en 1914.

Dans les années 1920, Leopold Stokowski a réalisé un arrangement pour orchestre du prélude, qu'il a enregistré notamment avec l'Orchestre de Philadelphie en mai 1929 (Victor 7316 B)[22],[note 1]. La basse est figurée de pizzicati par les cordes graves.

Stravinsky a réalisé l'ébauche d'une transcription du prélude pour quintette à cordes avec deux altos, deux ans avant sa mort et en 2006, le compositeur néerlandais Louis Andriessen l'a complétée[note 2].

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Notes et références

Notes

  1. Réédition Naxos 8.111297.
  2. L'œuvre est enregistrée pour le label Attacca (CD 29121) en 2007, par un ensemble néerlandais, le quatuor Schoenberg, sur un disque consacré à l'œuvre pour quatuor à cordes de Louis Andriessen (OCLC 529874946).

Références

  1. a et b Candé 1984, p. 333.
  2. a b et c Tranchefort 1987, p. 33.
  3. a et b Sacre 1998, p. 210.
  4. a b c d e et f Schulenberg 2006, p. 237.
  5. Keller 1973, p. 132.
  6. a b c d e et f Ledbetter 2002, p. 231.
  7. a et b Keller 1973, p. 133.
  8. Schulenberg 2006, p. 236.
  9. Gray 1938, p. 74.
  10. a et b Gray 1938, p. 75.
  11. Ledbetter 2002, p. 232–233.
  12. Ledbetter 2002, p. 228.
  13. a b et c Schulenberg 2006, p. 238.
  14. Keller 1973, p. 135.
  15. a et b Ledbetter 2002, p. 229.
  16. Sources du BWV 869 sur bach-digital.de.
  17. Fragment du prélude en si mineur BWV 923 manuscrit P 401, fo 78v, sur staatsbibliothek-berlin.de.
  18. Candé 1985, p. 333.
  19. Barry Cooper (trad. de l'anglais par Denis Collins), Dictionnaire Beethoven [« Beethoven compendium »], Lattès, coll. « Musiques et musiciens », , 614 p. (OCLC 25167179, notice BnF no FRBNF37666377), p. 380–381.
  20. Maynard Solomon (trad. de l'anglais par Hans Hildenbrand), Beethoven, Paris, Fayard, , 570 p. (OCLC 1119711522, notice BnF no FRBNF38960806), p. 414.
  21. [lire en ligne]
  22. Enregistrement du 2 mai 1929 commentaire et fichier audio, sur stokowski.org

Article connexe

Liens externes