Prélude et fugue en si majeur (BWV 892)

Le Clavier bien tempéré II

Article général Pour un article plus général, voir Le Clavier bien tempéré.

Prélude et fugue n°23
BWV 892
Le Clavier bien tempéré, livre II (d)
Si majeur
Si majeur
Prélude
Métrique 4/4
Fugue
Voix 4
Métrique alla breve
Liens externes
(en) Partitions et informations sur IMSLP
(en) La fugue jouée et animée (bach.nau.edu)

Le prélude et fugue en si majeur, BWV 892 est le vingt-troisième couple de préludes et fugues du second livre du Clavier bien tempéré de Jean-Sébastien Bach, compilé de 1739 à 1744.

Le prélude, chatoyant et plein de joie de vivre, a le charme du style des clavecinistes français. Il introduit une double-fugue à quatre voix, une des plus belles et parfaites du recueil, modèle d'équilibre et de clarté. Après les hauteurs de la fugue précédente et celle-ci, la petite fugue qui suit, en si mineur pour servir de conclusion, déçoit, alors que le cahier contient tant de chefs-d'œuvre.



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {

  }
<<
  \relative c' {
    \key b \major
    \time 4/4
    \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

     %% INCIPIT CBT II-23, BWV 892, si majeur
     r16^\markup{Prélude} b16 cis dis e fis gis ais b8.\mordent cis16 cis8.\trill b32 cis 
{
 % suppression des warnings :
 #(ly:set-option 'warning-as-error #f)
 #(ly:expect-warning (_ "stem does not fit in beam")) %% <= à traduire éventuellement
 #(ly:expect-warning (_ "beam was started here")) %% <= à traduire éventuellement
  \set stemRightBeamCount = #2
  dis4*1/4[ s]
} \bar ".."

     \skip 8*1
     \override Staff.Clef.extra-offset = #'( -1 . 0 )
     \clef bass 
     \time 2/2 \relative c {
     s8*0^\markup{Fugue} b2 dis gis e cis ais' b4 ais8 gis fis4
      }

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" 
     \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/3)
        }
  }
  \midi {}
}

Prélude

L'œuvre « constitue l'une des plus impressionnantes paires du volume II du Clavier bien tempéré, au même niveau élevé que le précédent »[1] et la fugue « est l'une des plus parfaites et des plus équilibrées du recueil »[2]. Le prélude, noté 4/4, est composé de 46 mesures.

« Nouveau miracle d'ingénuité, de délicatesse »[3] et de joie de vivre, aux allures de toccata[4], mais composé comme un concerto virtuose[5] ou une sonate[1], il est à rapprocher des préludes en mineur et fa-dièse majeur, qui forment tous les trois un groupe utilisant un matériau similaire (style de toccata, doubles croches en accords brisés, etc.), mais dans un contexte différent[6].

Il comprend quatre sections : mesures 1–12, 12–23, 24–36, puis la réexposition abrégée, mesures 37–46[7]. La réexposition est précédée d'accords dissonants répétés huit fois à la main gauche (mesure 35)[8].

La première section ressemble fortement au prélude en la-bémol majeur du premier livre. Après l'introduction à deux voix, est conviée une troisième (mesure 12) qui ne survit que deux ou quatre mesures à chaque fois (mesure 24), mais ressemble au traitement d'une sonate en trio[9]. Deux passages en roulades (mesures 17 et 29) séparent ces trios.

C'est Mozart que l'on entend dans ce « dialogue exquis qui s'amorce […] mesure 23 »[10], sur un accompagnement de basse d'Alberti. Dans l'œuvre de Bach, le climat le plus proche, est celui de la sonate en majeur pour viole de gambe (BWV 1028), où se retrouve par exemple « une pause emphatique sur la dominante, précédée par huit accords répétés et dissonants dans la main gauche »[8]. Au point de vue de la difficulté technique du clavier, la pièce est comparable au prélude de la Partita en sol majeur, BWV 829 (1730)[6].



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

PrallUpcishp   = { \tag #'print { cis8.^\markup{ \musicglyph #"scripts.upprall" } } \tag #'midi { b32 cis dis cis~ cis16 }  }

Mordbhp   = { \tag #'print { b8.\mordent } \tag #'midi { b32 ais b16~ b16 }  }

Trillcishp   = { \tag #'print { cis8.\trill } \tag #'midi { dis32 cis dis cis~ cis16 }  }
Trillehp   = { \tag #'print { e8.\trill } \tag #'midi { fis32 e fis e~ e16 }  }

upper = \relative c' {
  \clef treble 
  \key b \major
  \time 4/4
  \tempo 4 = 96 % tempo de Keller
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

   %% PRÉLUDE CBT II-23, BWV 870, si majeur
   
   r16 b16 cis dis e fis gis ais \Mordbhp cis16 \Trillcishp b32 cis | dis16 ais b dis e ais, b e fis b, gis' fis e dis cis b |
   ais eis fis cis' ais cis fis, cis' ais eis fis cis' ais cis fis, cis' b eis, fis dis' | b dis fis, dis' b eis, fis dis' b dis fis, dis' |
   cis eis, fis e' cis e ais, e' cis eis, fis e' cis e ais, e' | dis

}

lower = \relative c {
  \clef bass 
  \key b \major
  \time 4/4
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

   b8 r8 r4 r16 b'16 ais gis fis e dis cis | b8 r8 \PrallUpcishp b32 cis dis8. e16 \Trillehp dis32 e
   fis8 ais cis[ ais] fis ais cis[ e,]
   dis8 b' dis[ b] fis b dis[ b]
   ais,8 cis' e[ cis] ais cis ais[ fis]
   b,8

}

 thePianoStaff = \new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #"BWV 892"
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>

\score {
  \keepWithTag #'print \thePianoStaff
  \layout {
    \context {
      \Score
      \remove "Metronome_mark_engraver"
      \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2) 
    }
  }
}

\score {
  \keepWithTag #'midi \thePianoStaff
  \midi { }
}

Fugue

Caractéristiques
4 voix — alla breve, 104 mes.
⋅ 14 entrées du sujet
réponse tonale
contre-sujet, 5 entrées
divertissements

La fugue à quatre voix, notée alla breve, est longue de 104 mesures. Bach réalise « une œuvre majestueuse, d'une richesse extraordinaire […] l'une des plus belles pages du second livre »[4],[11]. En revanche en regard, la fugue suivante « paraît décevante pour servir de conclusion à un tel recueil de chefs-d'œuvre »[12]. Sans être parmi les réalisations les plus significatives du Clavier bien tempéré — elle n'utilise aucun procédé du genre renversement ou strette —, « cette fugue n’est que splendeur et harmonie »[13].

Elle est une double fugue de stile antico qui présente de notables parallélismes avec L'Art de la fugue (Contrapuncti 4 et 10), incluant sa leçon de contrepoint — les sujets en contrepoint renversable ou le divertissement à trois voix mesures 64–74[8] en sont de bons exemples — et ses voix croisées[1].

Bach réserve généralement ses grands moments de contrepoint strict pour les tonalités en mineures. Cette fugue en si majeur est une exception qui forme avec son prélude une paire des plus impressionnantes du second livre et du même niveau que la précédente et une des fugues à l'écriture à quatre parties parmi les plus sereines du recueil[14].

Le sujet, en notes disjointes en blanches, s’étale sur une octave, avec une grande dignité et simplicité[15]. Ses premières notes reprennent simplement le court accord final du prélude[9].



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {

  }
<<
  \relative c {
    \clef bass
    \key b \major
    \time 2/2

     %% SUJET fugue CBT II-23, BWV 892, si majeur
     \[ b2 dis gis e cis ais' b4 \] ais8 gis fis4 e 
{ 
 % suppression des warnings :
 #(ly:set-option 'warning-as-error #f)
 #(ly:expect-warning (_ "stem does not fit in beam")) %% <= à traduire éventuellement
 #(ly:expect-warning (_ "beam was started here")) %% <= à traduire éventuellement
  \set stemRightBeamCount = #1
  dis4*1/2[ s]
} 

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver"
        }
  }
  \midi {} 
}


Pendant l'exposition, les voix entrent du grave à l'aigu, avant une nouvelle entrée de la basse (mesure 19) et une expressive cadence à la dominante[16] (mesure 27). Un motif tout en croches descendantes apparaît, combiné à la réponse au ténor. La pièce se transforme alors en double-fugue, puisque ce thème (ou second sujet) accompagne systématiquement le sujet (sauf à l'entrée de la basse, mesure 75), une mesure après celui-ci. Ils se combinent à l'octave (mesure 27) ou à la douzième[16] (mesures 42–45, 53–58), avec un changement d'entrée un temps avant (mesure 60)[8]. Les intervalles privilégiés de cette combinaison des deux sujets favorisent les tierces et les sixtes. L'apparition du second sujet, de nature calme, « exprime un sentiment de résolution teinté de légère nostalgie »[17].

L'entrée du sujet à la basse (mesure 75) réserve le même effet que les entrées finales de la fugue en fa mineur et la fugue si mineur du premier livre[18].



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

Dux         = { s8*0-\markup{Dux} b2 dis gis e cis ais' b4 }
Comes       = { s8*0-\markup{Comes} fis2 ais dis b gis eis' }
ContreSujet = { dis8 cis e2 dis8 cis b fis' ais2 gis8 fis eis b' dis2 cis8 b ais4 }

upper = \relative c' {
  \clef treble 
  \key b \major
  \time 2/2
  \tempo 2 = 63
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

   %% FUGUE CBT II-23, BWV 892, si majeur
   
   R1*4 \clef bass \relative c { \Comes } 
   << { s1 R1 \clef treble \Dux ais8 gis s2 | \Comes fis4 eis8 dis cis4 b ais8 gis b2 ais8 gis fis gis a2 gis8 fis | \mergeDifferentlyDottedOn e b' dis2 cis8 b | ais e' gis2 fis8 e | dis1~ dis4 fisis gis cis, b1~ b8 ais b2 b8 ais | gis b dis2 cis8 b | ais2 } \\ { \clef bass \crossStaff \relative c' { fis4 eis8 dis cis4 b } \stemUp \change Staff = "lower" ais,8 gis b2 ais8 gis fis gis a2 gis8 fis e \stemDown \change Staff = "upper" b' dis2 cis8 b \stemUp \change Staff = "lower" ais8 \stemDown \change Staff = "upper" e'8 gis2 fis8 e | dis4 e < fis dis >4 < e cis > dis8 cis e2 \stemUp \change Staff = "lower" dis8 cis | b \stemDown \change Staff = "upper" fis' ais2 gis8 fis \stemUp \change Staff = "lower" eis  \stemDown \change Staff = "upper" b' dis2 cis8 b | ais4 b ais gis | fis eis8 dis cis dis e4~ e dis8 cis b cis dis4 | e4. fis8 gis2 | ais4. b8 cis2~ | cis8 cis b ais gis fisis gis fisis gis b ais cis b4 ais~ ais8 | ais gis fis eis fis eis fis | gis2 cis,4 fis~ | fis2 eis | fis } >>
}

lower = \relative c {
  \clef bass 
  \key b \major
  \time 2/2
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 
    
   \Dux ais8 gis fis4 e \ContreSujet  b4 ais gis | fis eis8 dis cis dis e4_~ | e \stemDown dis8 cis b2~ | b4. bis8  cis dis e cis | fis4. e8 dis cis dis4
   %% ms. 13
   gis4 gis,2 ais4 | 
   << { b'4 ais8 gis } \\ { s2 fis2~ fis4. fisis8 gis ais b gis } \\ { \stemDown b,4 g4\rest g2\rest } >>
   cis'4. b8 ais gis ais4 | dis4 dis,2 eis4

   %% ms. 18
   << { fis4 gis ais fis | b fis8 e fis4 b~ b4. ais8 b gis ais b | cis2~ cis8 cis fis4~ fis fis8 e dis4 cis b cis dis e | dis4. cis8 b4 d | cis4. gis8 ais b cis4~ cis b8 ais gis fis gis4 | fis2 } \\ { R1 \relative c { \Dux } dis'8 cis b4 ais | gis2~ gis8 fisis gis fisis | gis4 b8 ais gis4 fis eis2 fis cis1 | fis,2 } >>
    
} 

\score {
  \new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #"BWV 892"
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>
  \layout {
    \context {
     \Score
     \remove "Metronome_mark_engraver"
     \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2)
    }
  }
  \midi { }
}


Le contre-sujet a une allure fortement contrastée au sujet, mais s'avère tout aussi beau et d'une force égale[15], dans sa montée vers les hauteurs qui anime toute l’exposition[16].



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {
    \remove "Time_signature_engraver"
  }
<<
  \relative c {
    \clef bass
    \key b \major
    \time 2/2

     %% CONTRE-SUJET fugue CBT II-23, BWV 892, si majeur
     dis8 cis e2 dis8 cis b fis' ais2 gis8 fis eis b' dis2 cis8 b ais4


  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" 
        }
  }
  \midi {} 
}

Manuscrits

Parmi les sources[19], les manuscrits considérés comme les plus importants sont de la main de Bach lui-même ou d'Anna Magdalena. Ils sont :


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Postérité

Partition de la première page du prélude. Édition par Franz Kroll (1820–1877), chez la Bach-Gesellschaft Ausgabe, pages 192 à 197, Leipzig, 1866.

Théodore Dubois en a réalisé une version pour piano à quatre mains[22], publiée en 1914.

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Hugo Riemann (trad. de l'allemand), Analysis of J.S. Bach's Wohltemperirtes clavier [« Katechismus der fugen-komposition »], vol. 2, Londres, Augener & Co., (1re éd. 1891 (de)), 234 p. (lire en ligne)
  • (en) Cecil Gray, Forty-Eight Preludes and Fugues of J.S .Bach, Oxford University Press, , 148 p. (OCLC 603425933, lire en ligne [PDF]), p. 143–145.
  • Karl Geiringer (trad. de l'anglais par Rose Celli), Jean-Sébastien Bach [« Johann Sebastian Bach, the culmination of an area »], Paris, Éditions du Seuil, coll. « Musiques », (1re éd. 1966(en)), 398 p. (OCLC 743032406, notice BnF no FRBNF35199443)
  • Hermann Keller, Le clavier bien tempéré de Johann Sebastian Bach : l'œuvre, l'interprétation, Paris, Bordas, coll. « Études », (1re éd. 1965(de)), 233 p. (OCLC 373521522, présentation en ligne, lire en ligne [PDF]), p. 215–218
  • Roland de Candé, Jean-Sébastien Bach, Paris, Seuil, , 493 p. (OCLC 319750728, notice BnF no FRBNF34763585).
  • (en) Yo Tomita, J. S. Bach’s ‘Das Wohltemperierte Clavier II’ : A Study of its Aim, Historical Significance and Compiling Process, Leeds, University of Leeds, (lire en ligne [PDF])
  • (en) Yo Tomita, J. S. Bach’s ‘Das Wohltemperierte Clavier II’ : A Critical Commentary, vol. 2 : All the extant manuscripts, Leeds, Household World Publisher, , 1033 p. (lire en ligne [PDF]), p. 15–25 ; 26–29
  • François-René Tranchefort (dir.), Guide de la musique de piano et de clavecin, Paris, Fayard, coll. « Les Indispensables de la musique », , 867 p. (ISBN 978-2-213-01639-9, OCLC 17967083, lire en ligne), p. 34.
  • Guy Sacre, La musique pour piano : dictionnaire des compositeurs et des œuvres, vol. I (A-I), Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 2998 p., p. 210.
  • (en) David Ledbetter, Bach’s Well-tempered Clavier : the 48 Preludes and Fugues, Yale University Press, , 414 p. (OCLC 5559558992, présentation en ligne), p. 325–329.
  • (en) David Schulenberg, The keyboard music of J.S. Bach, New York, Routledge, , viii–535 p. (OCLC 63472907, lire en ligne), p. 271–273.
  • Yo Tomita, « préface », dans J.-S. Bach, Clavier bien tempéré, Livre II, Henle, , xvii-163 p. (ISMN 979-0-2018-0017-2, lire en ligne), p. IX–XIII
  • Éric Lebrun, Jean-Sébastien Bach, Paris, Bleu Nuit, coll. « Horizons », , 176 p. (OCLC 961368133, notice BnF no FRBNF45127193)

Références

  1. a b et c Schulenberg 2006, p. 271.
  2. Candé 1984, p. 333.
  3. Sacre 1998, p. 223.
  4. a et b Tranchefort 1987, p. 42.
  5. Ledbetter 2002, p. 271.
  6. a et b Ledbetter 2002, p. 325.
  7. Keller 1973, p. 215.
  8. a b c et d Schulenberg 2006, p. 272.
  9. a et b Ledbetter 2002, p. 326.
  10. Sacre 1998, « C'est Mozart que l'on croit entendre, d'avance… », p. 223.
  11. Lebrun 2006, « Sans heurs ni accidents, cette belle page est marquée d'une incontestable sérénité », p. 222.
  12. Candé 1984, p. 334.
  13. Keller 1973, p. 217–218.
  14. Schulenberg 2006, « the fugue […] and with its prelude it forms one of the most impressive pairs of WTC2, on the same high level as the preceding one », p. 271–272.
  15. a et b Gray 1938, p. 144.
  16. a b et c Keller 1973, p. 217.
  17. Geiringer 1970, p. 302.
  18. Schulenberg 2006, p. 272–273.
  19. Sources du BWV 892 sur bach-digital.de.
  20. a et b Tomita 2007, p. X.
  21. « Jean-Sébastien Bach, « Le clavier bien tempéré », vol. II — copie d'Altnikol », sur International Music Score Library Project
  22. [lire en ligne]

Article connexe

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes