Prélude et fugue en si bémol mineur (BWV 891)

Le Clavier bien tempéré II

Article général Pour un article plus général, voir Le Clavier bien tempéré.

Le prélude et fugue en si-bémol mineur, BWV 891 est le vingt-deuxième couple de préludes et fugues du second livre du Clavier bien tempéré de Jean-Sébastien Bach.



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {
}
<<
  \relative c'' {
    \key bes \minor
    \time 2/2
    \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

     %% INCIPIT CBT II-22, BWV 891, si-bémol mineur
      des8 c bes a bes4 f ges ees c f des | \once \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f \time 1/2 bes \bar ".."

     \time 3/2
     s4*0^\markup{Fugue} bes2-! c-! r4 des-! | ees a, bes2 r4 c4 | des8 bes c des ees c des ees

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" 
     \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2)
        }
  }
  \midi {}
}


Prélude

Ce prélude et cette fugue représentent le plus haut sommet rencontré depuis le couple en fa-dièse mineur. À eux deux, les fugues sont les pièces les plus grandioses du second livre[1],[2], analogue à la fugue en si mineur du premier volume[3]. L'approche de ce couple n'est pas facile, ni pour l’exécutant ni pour l'auditeur, mais permettent de pénétrer dans l'atelier de Bach[2].

Le prélude noté alla breve, comprend 83 mesures.

Le prélude est une invention à trois voix, l'une des plus considérable écrites par Bach[2]. Plus proche d'une grande fugue que d'un prélude, il n'y a pas de double barre de mesure au milieu, mais une réexposition à la sous-dominante (mesure 55) et tout le long, des passages basé sur le matériaux des mesures d'ouverture, alternent avec des épisodes canoniques[3].

Le thème initial qui s'étale sur huit mesures (repris intégralement à l'alto, mesures 62–70) n'est que le début d'une exposition exceptionnellement longue de trente mesures, achevé par l'exposition du thème à la basse (mesure 25). La seconde entrée se fait en majeur (mesures 31–54). La troisième série (mesures 55–83) est la réexposition en mi-bémol mineur, avant un retour au ton principal (mesure 62). Suit une pédale de dominante de quatre mesures sur une extraordinaire montée dans l'aigu des trois autres voix (mesures 73–76). Le prélude s'achève sans exposer une nouvelle fois le thème principal[4].



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

upper = \relative c'' {
  \clef treble 
  \key bes \minor
  \time 2/2
  \tempo 2 = 56 % tempo de Keller
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

   %% PRÉLUDE CBT II-22, BWV 891, si-bémol mineur
   << { s1*2 r2 bes'8 aes ges f ges f ees des c f ees f | des4 f, r8 des'8 c des | ees4 bes c2 des4 } \\ { des8 c bes a bes4 f ges ees c f des bes bes' bes bes a8 bes c4 c | c bes8 a bes2~ bes8 aes ges f ges ees f ges~ ges } >>
}

lower = \relative c' {
  \clef bass 
  \key bes \minor
  \time 2/2
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 
    
    bes,2 bes'~ bes a | bes8 aes ges f ges f ees des | ees des c bes a f g a | bes c des ees des4 ges | c,8 des ees f ees4 aes | des,
    
} 

\score {
  \new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #"BWV 891"
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>
  \layout {
    \context {
      \Score
      \remove "Metronome_mark_engraver"
      \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2)
    }
  }
  \midi { }
}

Fugue

Caractéristiques
4 voix — 3
2
, 101 mes.
⋅ 24 entrées du sujet
réponse réelle
contre-sujet, 9 entrées
⋅ 3 divertissements
Procédés
renversement, canon, strette

La fugue à quatre voix, est notée 3
2
et longue de 101 mesures. C'est l'une des quatre du cahier qui donnent la place d'honneur à l'art contrapuntique : deux dans le style vocal en majeur ( et mi) ; deux en mineur, empruntent au style instrumental (sol et si-bémol).

Le sujet commence par deux blanches qui s'élèvent pesamment à la seconde, puis en noires jusqu'à la quarte, avant que les croches ne s'élèvent à la quinte (but de cette montée). Les trois incises sont simplement séparées par des silences. Le dessin de la quatrième mesure est une variante de la seconde mesure[5].

Le premier contre-sujet chromatique, se conjugue immédiatement à la réponse mais n'apparaît que pendant la première partie de la fugue et disparaît totalement de la seconde[6].

Le second contre-sujet est plus mélodique, avec ces notes « il assène aux croches du sujet des coups pleins de violence »[5] en leur centre, que Keller rapproche du premier chœur de la Cantate BWV 102, « tu les frappes, mais ils ne le sentent pas ».



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {

  }
<<
  \relative c' {
    \key bes \minor
    \time 3/2

     %% SUJET fugue CBT II-22, BWV 891, si-bémol mineur
     bes2-! c-! r4 des-! | ees a, bes2 r4 c4 | des8 bes c des ees c des ees f des ees f | ges ees f4 r4 ges c, des8 ees | des4

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" 
         }
  }
  \midi {} 
}


L'exposition qui se fait alto, soprano, basse et ténor, occupe vingt mesures. Le premier divertissement (que l'on peut d'ailleurs à peine considérer ainsi)[7] est l'occasion de la première strette ténor-alto (mesure 27), avec une blanche de décalage et à la septième, suivit d'un autre canon (mesure 33) soprano-basse à la neuvième inférieure[8].

Le sujet est ensuite traité dans son renversement dans une contre-exposition (mesure 42), ténor, alto, soprano, basse, que suivent de nouveau les strettes (mesure 67). Le renversement concerne également le contre sujet chromatique qui subit la même opération.

La section suivante présente la combinaison recto et inverso du sujet (mesure 80), toujours à un temps de retard (une blanche). Enfin pour le sixième et dernier groupe d'entrée, les voix s'unissent deux à deux à la tierce (basse-ténor) ou à la sixte (alto-soprano) et par mouvement contraire. Une coda lapidaire met fin à la plus puissante des fugues du Clavier bien tempéré[7].

En comparaison de la fugue en la mineur du premier livre, en vingt ans, Bach a passé une étape. De la monotonie initiale qu'accusait la fugue en la mineur, il gagne en diversité de rythmes et la forme est plus ramassée.



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

DuxNotes = { bes2-! c-! r4 des-! | ees a, bes2 r4 c4 | des8 bes c des ees c des ees f des ees f | ges ees f4 r4 ges c, }
Dux      = { s8*0-\markup{Dux} \DuxNotes }
Comes    = { s8*0-\markup{Comes} \transpose bes f \relative { \DuxNotes }  }

ContreSA = { d4-\markup{\tiny "Contre-sujet 1"} ees e f2 | r4 f4 ges g aes a | bes1.~ bes4 a8 g a2 r4 aes4~ | aes }
ContreSAc = { d4-\markup{\tiny "Contre-sujet 1"} ees e f2 | r4 f4 ges g aes a | bes1.~ bes4 a8 g a1 }
ContreSB = { bes2-\markup{\tiny "Contre-sujet 2"} a8 g a4 bes | c8 des ees2 des4 c8 ees ges4 | f-! r4 c-! r4 des-! r4 | ees2~ ees8 des c des ees4 c | f }
%%%%%%% avé les couleurs :
%Dux      = { s8*0-\markup{Dux} \override NoteHead.color = #red \DuxNotes \override NoteHead.color = #black }
%Comes    = { s8*0-\markup{Comes} \transpose bes f \relative { \override NoteHead.color = #blue \DuxNotes \override NoteHead.color = #black }  }

%ContreSA = { \override NoteHead.color = #green d4-\markup{\tiny "Contre-sujet 1"} ees e f2 | r4 f4 ges g aes a | bes1.~ bes4 a8 g a2 r4 aes4~ | aes \override NoteHead.color = #black }
%ContreSAc = { \override NoteHead.color = #green d4-\markup{\tiny "Contre-sujet 1"} ees e f2 | r4 f4 ges g aes a | bes1.~ bes4 a8 g a1 }
%ContreSB = { \override NoteHead.color = #grey bes2-\markup{\tiny "Contre-sujet 2"} a8 g a4 bes | c8 des ees2 des4 c8 ees ges4 | f-! r4 c-! r4 des-! r4 | ees2~ ees8 des c des ees4 c | f \override NoteHead.color = #black }

upper = \relative c'' {
  \clef treble 
  \key bes \minor
  \time 3/2
  \tempo 2 = 72 % tempo de Keller
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

   %% FUGUE CBT II-21, BWV 890, si-bémol mineur
   
   << { R1.*4 \transpose c c' { \Comes } a8 bes a4 f'4 r4 bes, f g8 aes g4 ees'2 a, bes8 c f,4 \ContreSB } \\ { s1.*9 s2. ges,4 f ees~ ees \ContreSA } >>
   << { d4 bes8 aes bes c des4 bes ees c aes des c e, | f2. e8 d e4 c' | des c2 b4 c2~ c4 r4 e4 r4 f r4 g1.~ g4 } \\ { g,8 f g2 r4 ges4~ ges f8 ees f2. bes,4 | c4 des8 ees des4 r4 r2 | r4 aes'2 g8 f g aes bes4 aes r4 g r4 aes r4 | bes r4 g r4 c r4 | c, } >>
}

lower = \relative c' {
  \clef bass 
  \key bes \minor
  \time 3/2
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 
    
   << { \Dux des8 ees des4 \transpose d a \relative { \ContreSA } d8 c d2 r4 des4~ des c8 bes c4 s2. | s1.*6 | \Comes aes8 bes aes4 } \\ { s1.*9 R1 s2 \relative c { \Dux d8 ees d4 bes' r4 ees, bes c8 des | c4 aes des c8 bes aes4 g aes \transpose d a, \relative c { \ContreSAc } f'8 } } >>
    
} 

\score {
  \new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #"BWV 891"
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>
  \layout {
    \context {
      \Score
      \remove "Metronome_mark_engraver"
      \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2)
    }
  }
  \midi { }
}


Le sujet renversé, loin de perdre toute sa beauté, semble plutôt gagner[9].



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

DuxNotes      = { bes2-! c-! r4 d-! | ees a, bes2 r4 c4 | d8 bes c d ees c d ees f d ees f | ges ees f4 r4 ges c, d8 ees | d4 } % seuls les ré-bémols en naturels
RenversementA = { \inversion bes f' \relative c' { \DuxNotes } }

\score {
<<
  \relative c'' {
    \key bes \minor
    \time 3/2

     %% renversement du SUJET fugue CBT II-22, BWV 891, si-bémol mineur
     \RenversementA

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" 
         }
  }
  \midi {} 
}

Manuscrits

Parmi les sources[10], les manuscrits considérés comme les plus importants sont de la main de Bach lui-même ou d'Anna Magdalena. Ils sont :

Postérité

Théodore Dubois en a réalisé une version pour piano à quatre mains[13], publiée en 1914.

Bibliographie

  • (en) Hugo Riemann (trad. de l'allemand par John South Shedlock), Analysis of J.S. Bach's Wohltemperirtes clavier [« Katechismus der fugen-komposition »], vol. 1, Londres / New York, Augener & Co. / G. Schirmer, (1re éd. 1890 (de)), 208 p. (lire en ligne)
  • (en) Hugo Riemann (trad. de l'allemand), Analysis of J.S. Bach's Wohltemperirtes clavier [« Katechismus der fugen-komposition »], vol. 2, Londres, Augener & Co., (1re éd. 1891 (de)), 234 p. (lire en ligne)
  • (en) Cecil Gray, Forty-Eight Preludes and Fugues of J.S .Bach, Oxford University Press, , 148 p. (OCLC 603425933, lire en ligne [PDF]), p. 137–139.
  • (de) Johann Nepomuk David, Das wohltemperierte Klavier : der Versuch einer Synopsis, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, , 92 p. (OCLC 263601107).
  • Hermann Keller, Le clavier bien tempéré de Johann Sebastian Bach : l'œuvre, l'interprétation, Paris, Bordas, coll. « Études », (1re éd. 1965(de)), 233 p. (OCLC 373521522, présentation en ligne, lire en ligne [PDF]), p. 207–209.
  • (en) Yo Tomita, J. S. Bach’s ‘Das Wohltemperierte Clavier II’ : A Study of its Aim, Historical Significance and Compiling Process, Leeds, University of Leeds, (lire en ligne [PDF])
  • (en) Yo Tomita, J. S. Bach’s ‘Das Wohltemperierte Clavier II’ : A Critical Commentary, vol. 1 : All the extant manuscripts, Leeds, Household World Publisher, , 1033 p. (lire en ligne [PDF]), p. 49–56
  • François-René Tranchefort (dir.), Guide de la musique de piano et de clavecin, Paris, Fayard, coll. « Les Indispensables de la musique », , 867 p. (ISBN 978-2-213-01639-9, OCLC 17967083, lire en ligne), p. 36.
  • Guy Sacre, La musique pour piano : dictionnaire des compositeurs et des œuvres, vol. I (A-I), Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 2998 p. (ISBN 2-221-05017-7), p. 222–223.
  • (en) David Ledbetter, Bach’s Well-tempered Clavier : the 48 Preludes and Fugues, Yale University Press, , 414 p. (ISBN 0-300-09707-7, OCLC 5559558992), p. 316–317.
  • (en) David Schulenberg, The keyboard music of J.S. Bach, New York, Routledge, , viii–535 p. (ISBN 0415973996, OCLC 63472907, lire en ligne), p. 270–271.
  • Yo Tomita, « préface », dans J.-S. Bach, Clavier bien tempéré, Livre II, Henle, , xvii-163 p. (ISMN 979-0-2018-0017-2, lire en ligne), p. IX–XIII

Notes et références

Liens externes