Prélude et fugue en mi mineur (BWV 879)

Le Clavier bien tempéré II

Article général Pour un article plus général, voir Le Clavier bien tempéré.

Prélude et fugue n°10
BWV 879
Le Clavier bien tempéré, livre II (d)
Mi mineur
Mi mineur
Prélude
Métrique 3
8
Fugue
Voix 3
Métrique alla breve
Liens externes
(en) Partitions et informations sur IMSLP
(en) La fugue jouée et animée (bach.nau.edu)

Le prélude et fugue en mi mineur, BWV 879 est le dixième prélude et fugue extrait du second livre du Clavier bien tempéré de Jean-Sébastien Bach, compilé de 1739 à 1744.

Le prélude en style d'invention, présente une courante en dessin tournoyants entre les deux mains. La fugue à trois voix, au sujet exceptionnellement long, en rythmes diversifiés, est très développée. Malgré son apparence simple et sans artifice, c'est l'une des fugues les moins prisées du recueil.



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {

  }
<<
  \relative c'' {
    \key e \minor
    \time 3/8
    \override TupletBracket.bracket-visibility = ##f

     %% INCIPIT CBT II-10, BWV 879, mi mineur
     << { r16^\markup{Prélude} g a b c a b g fis e dis a' | \once \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f \time 2/8 g16[ e e'8] } \\ { e,8 e, r8 } >> \bar ".." 
     \time 2/2 \partial 4
     s4*0^\markup{Fugue} \tuplet 3/2 { r8 e' fis } g4-! a16 g fis g a4-! b16 a g a b4-! g-! e-! c'4~ c
  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" \override SpacingSpanner.common-shortest-duration =
        #(ly:make-moment 1/2) }
  }
  \midi {}
}

Prélude

Le prélude, noté 3
8
de 108 mesures est en deux parties avec reprise (AA –BB) — respectivement 48 et 60 mesures, avec une volta : unique dans le Clavier bien tempéré.

Il s'agit de la plus ressemblante des inventions à deux voix du Clavier[1], où le thème passe d'une main à l'autre avec ces échanges en écho de trilles ou de dessins tournoyants, très proche du prélude en dièse mineur dans sa découpe. Le style est celui d'une « courante »[2]. La fin de la première section se termine à la dominante. La seconde section reprend le thème en mouvement contraire[3].


\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

thème = { r16 g a b c a | b g fis e dis a' }

upper = \relative c'' {
  \clef treble 
  \key e \minor
  \time 3/8
  \tempo 4 = 60 % tempo de Keller
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

   %% PRÉLUDE CBT II-10, BWV 879, mi mineur
   \thème | g16[ e e'8] r8 | dis16 b a'8 r8 | \relative c'' \thème g,16 b c d e c d b a g fis c' b d e fis g e fis d cis b ais e' | d
}

lower = \relative c {
  \clef bass 
  \key e \minor
  \time 3/8
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 
  
   e8 e, r8 R4. \relative c' \thème g'16 e fis g a fis g8 a b e, d c b c d g, fis e d e fis | b16
   
} 

\score {
  \new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #"BWV 879"
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>
  \layout {
    \context {
      \Score
      \remove "Metronome_mark_engraver"
    }
  }
  \midi { }
}

Le thème est travaillé tout au long de la pièce : transposé, développé, renversé, présenté en canon (mesures 24–28). Des triples-croches d'ornement sont fournies par les copies plus tardives, placées aux mesures 3 et 4, 12 et 22[4].


\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {

  }
<<
  \relative c'' {
    \key e \minor
    \time 3/8
    \override TupletBracket.bracket-visibility = ##f

     %% INCIPIT CBT II-10, BWV 879, mi mineur
      r16 g a b c a b g fis e dis a' | g32[ fis e16 e'8] 
  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" \override SpacingSpanner.common-shortest-duration =
        #(ly:make-moment 1/2) }
  }
  \midi {}
}

Fugue

Caractéristiques
3 voix — alla breve, 86 mes.
⋅ 7 entrées du sujet
réponse tonale
contre-sujet

La fugue, à trois voix, est notée alla breve et totalise 86 mesures.

Le sujet est d'une exceptionnelle longueur, viril, sautillant (les pointés sont dans la partition autographe) et énergique : il ne faut pas moins de six mesures pour l'exposer ; le plus long sujet des deux recueils[4]. Sa composition est extravagante : il explore toute sorte de rythmes — triolets, doubles-croches, croche-pointée double, noires, blanches (noires liées) — même si le rythme croche-pointée double doit en fait être assimilé aux triolets comme dans le prélude en majeur[5]. Ceci fait de cette fugue « une des moins prisées »[1] ; peut-être en raison de la difficulté de cerner ce sujet complexe et tortueux, dont on ne sait ce qu'il est. Elle est néanmoins d'un style contrapuntique simple, sans artifice de même que sa forme[6].


\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {

  }
<<
  \relative c {
    \key e \minor
    \time 2/2
    \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

     %% SUJET fugue CBT II-8, BWV 876, mi mineur
     \partial 4
     \tuplet 3/2 { r8 e' fis } | g4-! a16 g fis g a4-! b16 a g a | b4-! g-! e-! c'4~ | c b8.*8/9 dis16*4/3 e4 a,~ | a g8.*8/9 dis'16*4/3 e4 fis,~ | \tuplet 3/2 { fis8 g a } \tuplet 3/2 { g[ fis e] } \tuplet 3/2 { dis c' b } \tuplet 3/2 { a[ g fis] } \tuplet 3/2 { g a b } \tuplet 3/2 { a[ g fis] } \tuplet 3/2 { e e' d } \tuplet 3/2 { cis[ b ais] } \tuplet 3/2 { b }
  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" 
                \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2)
                \override TupletBracket.bracket-visibility = ##f
                \omit TupletNumber
     }
  }
  \midi {} 
}

Conséquence de la longueur du sujet, l'exposition prend à elle seule 19 mesures. À l'origine le manuscrit s'arrête mesure 60, sur la dominante et un point d'orgue. La fugue se termine après une dernière réexposition du sujet, conduisant à la cadence finale, avec une nouvelle cadence, ralentissement et nouveau point d'orgue, avant que quatre mesures conduisent à faire sonner la tierce majeure sur un dernier point d'orgue. À la mesure 81, la chute fait penser immédiatement à la pédale d'une pièce d'orgue très connue (BWV 543), lors de sa conclusion[7].



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

Dux   = { s4*0-\markup{Dux} \tuplet 3/2 { r8 e fis } | g4-! a16 g fis g a4-! b16 a g a | b4-! g-! e-! c'4~ | c b8.*8/9 dis16*4/3 e4 a,~ | a g8.*8/9 dis'16*4/3 e4 fis,~ | \tuplet 3/2 { fis8 g a } \tuplet 3/2 { g[ fis e] } \tuplet 3/2 { dis c' b } \tuplet 3/2 { a[ g fis] } \tuplet 3/2 { g a b } \tuplet 3/2 { a[ g fis] } \tuplet 3/2 { e e' d } \tuplet 3/2 { cis[ b ais] } }

Comes = { s4*0-\markup{Comes} \tuplet 3/2 { r8 b' cis } | d4-! e16 d cis d e4-! fis16 e d e | fis4-! d-! b-! g'4~ | g fis8.*8/9 ais16*4/3 b4 e,~ | e d8.*8/9 ais'16*4/3 b4 cis,~ | \tuplet 3/2 { cis8 d e } \tuplet 3/2 { d[ cis b] } \tuplet 3/2 { ais g' fis } \tuplet 3/2 { e[ d cis] } \tuplet 3/2 { d e fis } \tuplet 3/2 { e[ d cis] } }

upper = \relative c' {
  \clef treble 
  \key e \minor
  \time 2/2
  \tempo 2 = 69
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

   %% FUGUE CBT II-10, BWV 876, mi mineur
   \partial 4 \Dux \tuplet 3/2 { b d fis } gis4 \tuplet 3/2 { cis,8 e g } ais4 \tuplet 3/2 { d,8 fis ais } b4~ \tuplet 3/2 { b8 a g } \tuplet 3/2 { fis8[ e dis] } e2 d cis b
   << { ais4 b cis2~ cis4 fis8.*8/9 ais,16*4/3 b2~ \tuplet 3/2 { b8 g b } cis4~ \tuplet 3/2 { cis8 a c } dis4~ \tuplet 3/2 { dis8 b dis } e4~ e2~ \tuplet 3/2 { e8 dis e } fis4~ \tuplet 3/2 { fis8 e d } \tuplet 3/2 { cis[ dis e] } \tuplet 3/2 { dis e fis } b,4~ \tuplet 3/2 { b8 a g } \tuplet 3/2 { a[ b c~] } c4 \tuplet 3/2 { b8 a g } a4 dis, b'2~ b8.*8/9 e,16*4/3 dis8.*8/9 e16*4/3 c'2~ c8.*8/9 fis,16*4/3 e8.*8/9 fis16*4/3 d'2 } \\ { s1 s2 s4 \tuplet 3/2 { fis,8 e dis } e2 fis g \tuplet 3/2 { gis8[ d' c] } \tuplet 3/2 { b a gis } a2 g fis e | dis4 e fis2~ fis8.*8/9 dis16*4/3 e8.*8/9 fis16*4/3 g2~ g8.*8/9 e16*4/3 fis8.*8/9 g16*4/3 a2~ a8.*8/9 } >>
   
}

lower = \relative c {
  \clef bass 
  \key e \minor
  \time 2/2
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

   r4 R1*5 r2 r4 \clef treble \Comes \tuplet 3/2 { b8 \stemDown \change Staff = "upper" a' g } \change Staff = "lower"
   \clef bass \relative c s4*0-\markup{Dux} \tuplet 3/2 { r8 e, fis } | g4-! a16 g fis g a4-! b16 a g a | b4-! g-! e-! c'4~ | c b8.*8/9 dis16*4/3 e4 a,~ | a g8.*8/9 dis'16*4/3 e4 fis,~ | \tuplet 3/2 { fis8 g a } \tuplet 3/2 { g[ fis e] } \tuplet 3/2 { dis c' b } \tuplet 3/2 { a[ g fis] } \tuplet 3/2 { g a b } \tuplet 3/2 { a[ g fis] } \tuplet 3/2 { e d' c } \tuplet 3/2 { b[ a g] } | \tuplet 3/2 { a b c } \tuplet 3/2 { b[ a g] } \tuplet 3/2 { fis e' d } \tuplet 3/2 { c[ b a] } | \tuplet 3/2 { b8 }
} 

\score {
  \new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #"BWV 879"
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>
  \layout {
    \context {
      \Score
      \remove "Metronome_mark_engraver"
      \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2)
      \override TupletBracket.bracket-visibility = ##f
      \omit TupletNumber
    }
  }
  \midi { }
}


Le contre-sujet n'est pas moins tortueux que le sujet, mais plus lisible dans ses deux sections contrastées[8] :


\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {

  }
<<
  \relative c'' {
    \key e \minor
    \time 2/2
    \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

     %% CONTRE-SUJET fugue CBT II-8, BWV 876, mi mineur
    \[ \tuplet 3/2 { b8 d fis } gis4 \tuplet 3/2 { cis,8 e g } ais4 \tuplet 3/2 { d,8 fis ais } b4~ \tuplet 3/2 { b8 a g } \tuplet 3/2 { fis8[ e dis] } \] \[ e2 d cis\prall b ais4 b cis2~ cis4 fis8. ais,16 b2 ]
  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" 
                \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2)
                \override TupletBracket.bracket-visibility = ##f
                \omit TupletNumber
     }
  }
  \midi {} 
}

Relations

Malgré leur dissemblance, la parenté entre le prélude et la fugue ne fait aucun doute.

Manuscrits

Les manuscrits considérés comme les plus importants sont de la main de Bach lui-même ou d'Anna Magdalena. Ils sont :

Postérité

Théodore Dubois en a réalisé une version pour piano à quatre mains[11], publiée en 1914.

Bibliographie

  • (en) Cecil Gray, Forty-Eight Preludes and Fugues of J.S .Bach, Oxford University Press, , 148 p. (OCLC 603425933, lire en ligne [PDF]), p. 106–108.
  • Hermann Keller, Le clavier bien tempéré de Johann Sebastian Bach : l'œuvre, l'interprétation, Paris, Bordas, coll. « Études », (1re éd. 1965(de)), 233 p. (OCLC 373521522, présentation en ligne, lire en ligne [PDF]), p. 173–176.
  • (en) Yo Tomita, J. S. Bach’s ‘Das Wohltemperierte Clavier II’ : A Study of its Aim, Historical Significance and Compiling Process, Leeds, University of Leeds, (OCLC 246834603, lire en ligne [PDF])
  • (en) Yo Tomita, J. S. Bach’s ‘Das Wohltemperierte Clavier II’ : A Critical Commentary, vol. 2 : All the extant manuscripts, Leeds, Household World Publisher, , 1033 p. (ISBN 9780952151678, OCLC 313150901, lire en ligne [PDF]), p. 57–62.
  • François-René Tranchefort (dir.), Guide de la musique de piano et de clavecin, Paris, Fayard, coll. « Les Indispensables de la musique », , 867 p. (ISBN 978-2-213-01639-9, OCLC 17967083, lire en ligne), p. 37.
  • Guy Sacre, La musique pour piano : dictionnaire des compositeurs et des œuvres, vol. I (A-I), Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 2998 p. (ISBN 2-221-05017-7), p. 216–217.
  • (en) David Schulenberg, The keyboard music of J.S. Bach, New York, Routledge, , viii–535 p. (ISBN 0415973996, OCLC 63472907, lire en ligne), p. 256–257.
  • Yo Tomita, « préface », dans J.-S. Bach, Clavier bien tempéré, Livre II, Henle, (OCLC 786251450)

Notes et références

Article connexe

Liens externes