Prélude et fugue en fa majeur (BWV 880)

Le Clavier bien tempéré II

Article général Pour un article plus général, voir Le Clavier bien tempéré.

Prélude et fugue n°11
BWV 880
Le Clavier bien tempéré, livre II (d)
Fa majeur
Fa majeur
Prélude
Métrique 3
2
Fugue
Voix 3
Métrique 6
16
Liens externes
(en) Partitions et informations sur IMSLP
(en) La fugue jouée et animée (bach.nau.edu)

Le prélude et fugue en fa majeur, BWV 880 est le onzième couple de préludes et fugues du second livre du Clavier bien tempéré de Jean-Sébastien Bach.

Chose rare, le prélude évoque un autre prélude du premier livre, avec des volutes et tenues organistiques similaires. La fugue à trois voix, dans un rythme de gigue endiablée, au contrepoint très libre, emprunte au style du concerto.



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {

  }
<<
  \relative c'' {
    \key f \major
    \time 3/2

     %% INCIPIT CBT II-11, BWV 880, fa majeur
     << { r8^\markup{Prélude} e8 f g f e d c d c bes a | \once \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f \time 6/2 bes1.~ \hideNotes bes16 } \\ { f2 s1 r8 a8 g f g1^~ \hideNotes g16 } >> \bar ".."
     \partial 4.
     \time 6/16
     r8.^\markup{Fugue} f16 e f c'8-! r16 a16 g a d8-! r16 c16 d e f e d 
{ 
 % suppression des warnings :
 #(ly:set-option 'warning-as-error #f)
 #(ly:expect-warning (_ "stem does not fit in beam")) %% <= à traduire éventuellement
 #(ly:expect-warning (_ "beam was started here")) %% <= à traduire éventuellement
  \set stemRightBeamCount = #2
  c4*1/4[ s]
}

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver"  \override SpacingSpanner.common-shortest-duration =
        #(ly:make-moment 1/3) }
  }
  \midi {}
}

Prélude

Le prélude à cinq voix est noté Music3.png
Music2.png
et comprend 72 mesures.

Contrairement aux autres préludes du recueil, ce qui est remarquable ici, c'est la sonorité et la plénitude de sa texture harmonique à quatre ou cinq voix, dans un style qui suggère l'éventuelle existence d'un prélude pour orgue à l'origine de la pièce plutôt que le clavicorde[1]. On peut rapprocher ce prélude de celui en mi-bémol majeur du premier livre, avec ces mêmes tenues organistiques.



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

upper = \relative c'' {
  \clef treble 
  \key f \major
  \time 3/2
  \tempo 2 = 63
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

   %% PRÉLUDE CBT II-9, BWV 878, mi majeur
   r8 e8 f g f e d c d c bes a
   << { bes1.~ bes2 < a f c > aes~ aes8 aes g f g1 } \\ { s2 r8 f e d e2~ e s2 d2~ c4 r4 r8 f8 e d e2 } \\ { e8\rest \stemDown a g f g1~ g2 s2 f2~ f8 } >>
   << { s2 s2 r8 a8 bes c~ c2~ c8 a bes4~ bes2~ bes1~ bes8 g a bes~ bes2~ bes8 g a4~ a2~ a8 c d ees d1 e f2~ } \\ { r8 c,8 d ees d1~ d2 g4. g8 d f e d e2 r8 d8 e f e2~ e8 g f e f4. f8~ f2~ f2 r4 g4~ g8 a g f < c' g >1^~ < c f, >2~ f8 e f g } \\  { r2 r8 e, fis g \stemDown fis2_~ \stemUp fis8 a g fis   s1.*3   r8 c'8 bes a bes2 } >>
    f'8 e d c d c b a
   << { b1 c2~ c2. c4 d f b, c d2~ d8 g, a b c1~ c4 c8 b c2 } \\ { r8 a8 g f g2~ g~ | g  f1~ f2~ f8 f e d e2~ e8 e f g a g f e d2 c } \\ { s1.*3 s1  r8 f4._~ f8 } >>
   
}

lower = \relative c' {
  \clef bass 
  \key f \major
  \time 3/2
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 
  
       << { r2 r2 a2 d bes g8 bes c d | c bes a g a2 f2~ f8 f e d e4 g c g~ g g fis bes a2~ | a4 d,2 g g4~ | g8 bes c des c1~ | c~ c8 ees d c d2 r4 d2. c4 } \\ { f,,2 f'1~ f1.~ f2~ f8 g f e f d c b c1~ c8 d c bes a2 d1 g,2 bes g c e c f a f bes4 a bes1~ bes8 bes c d c bes a g a g f e } >>
       << { r4 a4 d1~ d2~ d8 f e d \showStaffSwitch \stemDown \change Staff ="upper" e2~ e } \\ { d,2. e4 f2~ f r2 e2~ e~ e8 g f e f e d c d c b a b4 g c b! | a g f d g2 | c } \\ { s4 \stemDown a'2._~ a2 g r2 r8 \stemUp b c d c b a g a1~ a2 g1 a4 r4 r2 r4 g4~ g2 } >>

} 

\score { 
  \new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #"BWV 880"
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>
  \layout {
    \context {
      \Score
      \remove "Metronome_mark_engraver"
      \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2)
    }
  }
  \midi { }
}

Fugue

Caractéristiques
3 voix — 6
16
, 99 mes.
⋅ 9 entrées du sujet
réponse tonale
⋅ pas de contre-sujet

La fugue à trois voix, est longue de 99 mesures.

Il est difficile d'imaginer un plus grand contraste avec le prélude qui précède, au caractère reposant, alors que la fugue est enlevée et joyeuse[2]. Le sujet est constitué de trois sauts chacun un peu plus haut : d'abord deux voltes gracieuses grimpant jusqu'à la sixte du ton, puis une série de doubles-croches qui atteint l'octave supérieur, mesure 4, avant de redescendre au fa d'origine. La mesure, notée d'un rare mouvement de gigue à Music6.png
Music1.pngMusic6.png
[3], place le début du sujet non sur une anacrouse, comme pour la fugue en fa dièse majeur, mais sur un temps fort, après un silence, ce qui produit un tout autre équilibre rythmique[4].



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {

  }
<<
  \relative c' {
    \clef treble
    \key f \major
    \time 6/16
    \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

     %% SUJET fugue CBT II-11, BWV 880, fa majeur
     r8. f16 e f | c'8-! r16 a g a | d8-! r16 c d e | f e d c d bes | a g f 

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" }
  }
  \midi {} 
}


Les entrées de l'exposition se font soprano, alto, basse, cette dernière rentrant dans le registre ténor seulement à la quatorzième mesure, alors que la réponse suivante se fait dans le registre de basse (mesure 21). Dès la mesure 5, Bach introduit un nouveau rythme, abondamment utilisé ensuite, de croche-double.

Kirnberger a transmis la seule indication d'interprétation connue, parmi les disciples, sur le Clavier bien tempéré, à propos du sujet de cette fugue : « on devrait le jouer dans un mouvement coulant, légèrement et sans la moindre pression des doigts »[4]. Kirnberger fait allusion manifeste au clavicorde en parlant de pression.

Absent pendant le divertissement central, le sujet revient à la fin à la basse, il présente dans un effet humoristique quatre rebonds au lieu des trois du sujet strict « comme s'il ratait la bonne marche »[3]. La fugue est une œuvre hors normes.



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

Dux    = { f16^\markup{Dux} e f | c'8-! r16 a g a | d8-! r16 c d e | f e d c d bes | a g f }
Comes  = { r8.^\markup{Comes} c16 bes c | f8-! r16 e d e | a8-! r16 g a b | c b a g a f | e d c }

upper = \relative c' {
  \clef treble 
  \key f \major
  \time 6/16
  \tempo 8. = 96
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

   %% FUGUE CBT II-11, BWV 880, fa majeur
   r8. \Dux e8 bes'16 | a8 d16 g,8 d'16 c8 f16 b,8 f'16 | e16 d c | g'8 b,16 | c8.~ c16  bes a | bes c d ees8.~ | ees16 d c d e f | g8.~ g16 f e | f g a bes8.~ | \stemUp bes16 a g
   << { a bes a | g8.~ g16 c e, f8. e16 f g | c,8 f16 f8 e16 f8 r16 r8. } \\ { f8.~ f16 e d c8.~ c16 a bes~ bes8. | a8 bes16 a8 g16 c bes a g a f } >>

}

lower = \relative c {
  \clef bass 
  \key f \major
  \time 6/16
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 
    
    R4.*4 \clef treble \relative c' \Comes d'16 e f g8.~ g16 f ees | f g a bes8.~ bes16 a g a b cis d8.~ d16 c bes 
    << { c16 d \stemDown \change Staff = "upper" e } \\ { r8. \change Staff = "lower" \clef bass \relative c \Dux bes,8. } >>
    
} 

\score {
  \new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #"BWV 880"
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>
  \layout {
    \context {
      \Score
      \remove "Metronome_mark_engraver"
      \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2)
    }
  }
  \midi { }
}


La première section s'achève mesure 29. Pendant 24 mesures, Bach tait le sujet et joue avec le même dessin qui reliait la fin du comes et le retour du sujet mesure 14. Ce n'est qu'à la mesure 52 que le sujet est réexposé au ténor et la réponse à la basse est différée jusqu'à la mesure 66, après une pédale de dominante.

Dans cette fugue, il n'y a pas de contre-sujet régulier, pas de strette, de diminution, augmentation, inversions ou autres artifices contrapuntiques[5].

Manuscrits

Les manuscrits considérés comme les plus importants sont de la main de Bach lui-même ou d'Anna Magdalena. Ils sont :


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Postérité

Théodore Dubois en a réalisé une version pour piano à quatre mains[8], publiée en 1914.

Bibliographie

  • (en) Hugo Riemann (trad. de l'allemand), Analysis of J.S. Bach's Wohltemperirtes clavier [« Katechismus der fugen-komposition = »], vol. 2, Londres, Augener & Co., (1re éd. 1891 (de)), 234 p. (lire en ligne)
  • (en) Cecil Gray, Forty-Eight Preludes and Fugues of J.S .Bach, Oxford University Press, , 148 p. (OCLC 603425933, lire en ligne [PDF]).
  • Hermann Keller, Le clavier bien tempéré de Johann Sebastian Bach : l'œuvre, l'interprétation, Paris, Bordas, coll. « Études », (1re éd. 1965(de)), 233 p. (OCLC 373521522, présentation en ligne, lire en ligne [PDF]), p. 176–179(de)
  • (en) Yo Tomita, J. S. Bach’s ‘Das Wohltemperierte Clavier II’ : A Study of its Aim, Historical Significance and Compiling Process, Leeds, University of Leeds, (lire en ligne [PDF])
  • (en) Yo Tomita, J. S. Bach’s ‘Das Wohltemperierte Clavier II’ : A Critical Commentary, vol. 2 : All the extant manuscripts, Leeds, Household World Publisher, , 1033 p. (lire en ligne [PDF])
  • François-René Tranchefort (dir.), Guide de la musique de piano et de clavecin, Paris, Fayard, coll. « Les Indispensables de la musique », , 867 p. (ISBN 978-2-213-01639-9, OCLC 17967083, lire en ligne), p. 37–38.
  • Guy Sacre, La musique pour piano : dictionnaire des compositeurs et des œuvres, vol. I (A-I), Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 2998 p. (ISBN 2-221-05017-7), p. 217.
  •  Robert Levin (clavecin, clavicorde, orgue et piano-forte) (trad. Anne Paris-Glaser), « Bach, Clavier bien tempéré, livre II : BWV 870-893 », p. 644–645, Hänssler Edition Bachakademie, vol. (102 à) 117, 2000 (OCLC 705291496).
  • (en) David Ledbetter, Bach’s Well-tempered Clavier : the 48 Preludes and Fugues, Yale University Press, , 414 p. (ISBN 0-300-09707-7, OCLC 5559558992, présentation en ligne), p. 329–332.
  • (en) David Schulenberg, The keyboard music of J.S. Bach, New York, Routledge, , viii–535 p. (ISBN 0415973996, OCLC 63472907, lire en ligne), p. 257–258.
  • Yo Tomita, « préface », dans J.-S. Bach, Clavier bien tempéré, Livre II, Henle, , xvii-163 p. (ISMN 979-0-2018-0017-2, lire en ligne), p. IX–XIII

Références

Article connexe

Liens externes