Prélude et fugue en fa dièse majeur (BWV 882)

Le Clavier bien tempéré II

Article général Pour un article plus général, voir Le Clavier bien tempéré.

Le prélude et fugue en fa-dièse majeur, BWV 882 est le treizième couple de préludes et fugues du second livre du Clavier bien tempéré de Jean-Sébastien Bach.



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {

<<
  \relative c'' {
    \key fis \major
    \time 3/4
    \override TupletBracket.bracket-visibility = ##f

     %% INCIPIT CBT II-13, BWV 882, fa-dièse majeur
     s1*0^\markup{Prélude} cis8.*5/6 b32 ais gis \grace gis8( fis4.) r16 fis'16 eis8. fis32 gis cis,4. r16 fis16 \once \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f \time 3/16
{ 
 % suppression des warnings :
 #(ly:set-option 'warning-as-error #f)
 #(ly:expect-warning (_ "stem does not fit in beam")) %% <= à traduire éventuellement
 #(ly:expect-warning (_ "beam was started here")) %% <= à traduire éventuellement
  \set stemRightBeamCount = #1
  b,4.*1/2[ s]
} \bar ".."
     
     \time 2/2 \partial 2
     s1*0-\markup{Fugue} eis,4.\trill dis16 eis fis4  r4 cis dis e4. dis16 cis b8 ais b cis

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver"
     \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/3)
        }
  }
  \midi {}
}

Prélude

Le prélude, noté 3
4
comporte 75 mesures.

Un peu comme les Variations Goldberg composées quelques années plus tôt, Bach débute la seconde partie du recueil avec une magnifique, solennelle et expressive[1] ouverture à la française à deux voix, qui se termine à quatre pour les accords de la fin. Après une introduction de trois mesures[2], suit un flot de double-croches à la main droite. La main gauche, lorsqu'elle ne reprend pas le chant, est particulièrement régulière (croche. double croche). Tout le long les dessins brisés leurrent l'oreille donnant l'illusion d'une polyphonie[3].

Le rythme pointé et ses triple-croches (par exemple à la première mesure), doit être exécuté de la même manière que dans la fugue en majeur du premier livre, c'est-à-dire comme une croche liée à une triple (et non un groupe de triples en triolet comme le font fautivement certaines partitions) ; ce que confirme la disposition des notes du manuscrit de Kirnberger[4],[5]. Ce rythme qui connaît plusieurs éléments de variété est l'un des principaux charmes de cette pièce[6].

L'appoggiature du second temps de la mesure 1 est un ajout plus tardif sur la copie d'Altnikol (1744), probablement par Bach lui-même[2].



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

upper = \relative c'' {
  \clef treble 
  \key fis \major
  \time 3/4
  \tempo 4 = 76
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

   %% PRÉLUDE CBT II-3, BWV 882, fa-dièse majeur
   cis8.*5/6  b32 ais gis \grace gis8( fis4.) r16 fis'16 eis8. fis32 gis cis,4. r16 fis16 | b,8. dis16 gis,8. b16 eis,8. cis'16 |
   ais16 cis fis, gis  ais fis cis' ais  fis ais gis fis | gis cis eis, fis gis eis cis' gis eis gis fis eis |
   fis16 ais dis, eis  fis dis ais' fis  dis fis eis dis | eis gis cis, dis  eis cis gis' eis   cis b' ais gis |

   %% ms. 8
   ais16 cis fis, gis  ais fis cis' ais  fis gis fis eis | dis ais' dis, eis  fisis dis ais' fisis   dis cis' bis ais |
   bis16 dis gis, ais  bis gis dis' bis  gis ais gis fis | eis bis' eis, fisis   gisis eis bis' gisis   eis dis' cis bis | 

   %% ms. 12
   cis8. ais16 fis'4~-\parenthesize\mordent fis8.*5/6 eis32 dis cis | dis8. bis16 gis'4~ gis8.*5/6 fis32 eis dis |
   eis8. cis16 ais'8.*5/6 gis32 fis eis dis8. fis16 | \grace cis8( bis8.*5/6) dis32 eis fis gis8. bis,16 cis8. gis16 |
   ais8.*5/6 gis32 fis eis dis8. cis'16 gis8. bis16 | cis16 gis cis dis  eis cis gis' eis cis eis dis cis | 
   dis16 gis gis, ais   bis gis dis' bis  gis fis' eis dis | cis gis cis dis  eis cis gis' eis   cis b' ais gis |
   fis8.*5/6 b,32 ais gis fis4.*1/3
}

lower = \relative c {
  \clef bass 
  \key fis \major
  \time 3/4
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 
    
   fis8. gis16 ais8. gis16 ais8. fis16 | cis'8. b16 ais8. dis16 cis8. dis16 |
   gis,8. ais16 b8. gis16 cis8. cis,16 | fis8. cis'16 cis8. cis16 ais8. cis16 |
   eis,8. cis'16 cis8. cis16 gis8. cis16 | dis,8. cis'16 cis8. cis16 fis,8. bis16 |
   cis,8. gis'32 ais b8. gis16 eis8. cis16 | fis8. cis16 fis,4 r4 | 
   
   %% ms. 9
   fisis'8. ais32 bis cis8. ais16 fisis8. dis16 | gis8. dis16 gis,4 r4 |
   gisis'8. bis32 cis dis8. bis16 gisis8. eis16 | ais4~ ais8.*5/6 ais32 bis cis dis8. fis16 bis,4~ bis8.*5/6 cis32 bis ais bis8. gis16 |

   %% ms. 13
   cis16 cis, dis eis fis fis, fis' eis fis fis, fis' eis | fis4~ fis8.*5/6 dis32 eis fis eis8.*5/6 cis32 dis eis |
   fis8. dis16 gis8.*5/6 ais32 gis fis gis8. gis,16 | cis8.*5/6 eis32 dis cis gis'4. r16 cis16 |

   %% ms. 
   bis8. cis32 dis gis,4~ gis16 ais gis fis | eis8. dis32 cis b'8. gis16 eis8. cis'16 |
   ais16 cis fis, gis 
{ 
 % suppression des warnings :
 #(ly:set-option 'warning-as-error #f)
 #(ly:expect-warning (_ "stem does not fit in beam")) %% <= à traduire éventuellement
 #(ly:expect-warning (_ "beam was started here")) %% <= à traduire éventuellement
  \set stemRightBeamCount = #2
  ais4*1/4[ s]
} 
} 

\score {
  \new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #"BWV 882"
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>
  \layout {
    \context {
      \Score
      \remove "Metronome_mark_engraver"
      \override TupletBracket.bracket-visibility = ##f
      \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/3)
    }
  }
  \midi { }
}

Fugue

Caractéristiques
3 voix — alla breve, 84 mes.
⋅ fugue en style de danse
⋅ 11 entrées du sujet
réponse réelle
⋅ deux contre-sujet
⋅ 4 divertissements
Procédé
augmentation

La fugue à trois voix, notée alla breve est longue de 84 mesures. Bien que ne faisant pas partie des plus grandes fugues ou des plus attrayantes, c'est un exemple singulièrement raffiné de l'aisance et de la maîtrise de Bach du contrepoint[7].

Le sujet est curieux et audacieux : il commence par un trille énergique sur la sensible, chose quasi-unique dans la littérature des fugues des XVIIe et XVIIIe siècles — exception faite de la fughetta du Magnificat sur le cinquième mode (1686) de Kerll[8] — de même que sa modulation à la sous-dominante (seulement rencontrée dans la dernière fugue du premier livre)[9]. Il n'y a guère que Beethoven qui attaquera de cette façon le sujet de la fugue de la Sonate Hammerklavier[3]. Cependant, que l'amorce en trille était courante dans les fantaisies du stile antico[8].

Les contre-sujets — dont on retrouve des éléments au sein même du sujet — ont ici une même importance[6] et forment un contrepoint triple combiné avec le sujet (mesure 64). La tête du sujet génère les trois anacrouses successives. Le premier contre-sujet (fin de la mesure 4, à la basse) est développé de la fin du sujet c et le second développe b[9] (mesure 8, au ténor).



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {

  }
<<
  \relative c' {
    \key fis \major
    \time 2/2
    \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

     %% SUJET fugue CBT II-13, BWV 882, fa-dièse majeur
     \partial 2
    \[ eis4._\trill dis16^\markup{a} eis fis4 \] r4 \[ cis dis^\markup{b} e4. \] dis16 cis \[ b8 ais  b cis | dis \] eis fis dis gis4 \[ b, | b_\prall^\markup{c} ais8 \]

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver"
     \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2)
        }
  }
  \midi {} 
}


Le fugue a un traitement très instrumental[1], d'une gavotte[8]. L'exposition (mesures 1–12) présente le sujet dans l'ordre : ténor, soprano et basse, suivi d'une entrée supplémentaire au soprano (mesure 20). Le second groupe d'entrée se fait entendre, basse, alto, soprano (mesure 32) et le troisième à partir de la mesure 64 : basse, alto, soprano.

Au début du premier divertissement, à la mesure 12 et suivantes, on remarque la tête du sujet en augmentation dissimulée au ténor[6],[10],[11]. Cette fugue est remarquable par l'absence de cadence structurale tout au long de ses 84 mesures, ce qui lui donne une grande homogénéité[8].

Mesure 70, Bach taquine l'auditeur en plaçant un trille à la basse, alors que le thème, perdant le sien, est entamé au ténor. La même amorce transformée du sujet se présentait déjà mesure 20. La figure rythmique se retrouve à la basse mesure 73, mais sans son demi-ton et sans être de même nature[8].



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

DuxNotes   = { eis4.\trill dis16 eis fis4  r4 cis dis e4. dis16 cis b8 ais b cis | dis eis fis dis gis4 b, | b\prall ais8 }
Dux        = { s8*0^\markup{Dux} \DuxNotes }
Comes      = { s8*0_\markup{Comes} \transpose eis bis \relative { \DuxNotes } }
ContreSA   = { b4 b ais r4 a a gis r4 } % gis fis b2 ais8 gis fis4 r4
ContreSB   = { cis4. dis8 e4 fis b,4. cis8 } % dis cis dis eis fis dis eis2 fis4

upper = \relative c'' {
  \clef treble 
  \key fis \major
  \time 2/2
  \tempo 4 = 84 % tempo Keller
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 

   %% FUGUE CBT II-13, BWV 882, fa-dièse majeur

   << { b2\rest R1*3 b2\rest \transpose c c' { \Comes dis8 cis4 \ContreSA } gis8 ais b4 dis, eis2 fis8 eis fis gis ais gis ais fis | dis4 gis~ gis8 fis gis eis fis8 } \\ { s2 s1*7 s2 cis2~ | cis4. dis8 e4 fis | b,4. cis8 dis4 eis fis b,2 ais8  \stemUp \change Staff = "lower"  gis fis2 \stemDown \change Staff = "upper" r4 \[ cis'4 bis2 cisis | dis2*1/2 \] } >>
   
}

lower = \relative c' {
  \clef bass 
  \key fis \major
  \time 2/2
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord" 
   
  \partial 2
  \clef treble  
  \relative c' { \Dux gis8 fis4 \clef bass \transpose b fis' \relative c' { \ContreSA } dis'8 eis fis4 ais, \afterGrace bis2\trill { ais8[ bis] }  }
  << { cis4 gis } \\ { r2 \Dux gis8 fis4 fis'~ | fis eis8 dis eis4 ais, dis, } >> 
    
} 

\score {
  \new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #"BWV 882"
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>
  \layout {
    \context {
      \Score
      \remove "Metronome_mark_engraver"
    }
  }
  \midi { }
}

Relations

La tête du sujet trille comprise, est présente mesure 19 du prélude, au soprano. Le second contre-sujet reproduit le rythme en augmentation du début de la première mesure, à la basse, du prélude[12].

Manuscrits

Parmi les sources[13], les manuscrits considérés comme les plus importants sont de la main de Bach lui-même ou d'Anna Magdalena. Ils sont :

Pour ce prélude et fugue, Bibliothèque d'État de Berlin, manuscrit Am.B 57 copié par Johann Philipp Kirnberger (1721–1783)[5].

Postérité

Théodore Dubois en a réalisé une version pour piano à quatre mains[16], publiée en 1914.

Bibliographie

  • (en) Hugo Riemann (trad. de l'allemand par John South Shedlock), Analysis of J.S. Bach's Wohltemperirtes clavier [« Katechismus der fugen-komposition »], vol. 1, Londres / New York, Augener & Co. / G. Schirmer, (1re éd. 1890 (de)), 208 p. (lire en ligne)
  • (en) Hugo Riemann (trad. de l'allemand), Analysis of J.S. Bach's Wohltemperirtes clavier [« Katechismus der fugen-komposition »], vol. 2, Londres, Augener & Co., (1re éd. 1891 (de)), 234 p. (lire en ligne)
  • (en) Cecil Gray, Forty-Eight Preludes and Fugues of J.S .Bach, Oxford University Press, , 148 p. (OCLC 603425933, lire en ligne [PDF]), p. 101–103.
  • (de) Johann Nepomuk David, Das wohltemperierte Klavier : der Versuch einer Synopsis, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, , 92 p. (OCLC 263601107), p. 113–114.
  • Hermann Keller, Le clavier bien tempéré de Johann Sebastian Bach : l'œuvre, l'interprétation, Paris, Bordas, coll. « Études », (1re éd. 1965(de)), 233 p. (OCLC 373521522, présentation en ligne, lire en ligne [PDF]), p. 183–186.
  • (en) Yo Tomita, J. S. Bach’s ‘Das Wohltemperierte Clavier II’ : A Study of its Aim, Historical Significance and Compiling Process, Leeds, University of Leeds, (lire en ligne [PDF])
  • (en) Yo Tomita, J. S. Bach’s ‘Das Wohltemperierte Clavier II’ : A Critical Commentary, vol. 2 : All the extant manuscripts, Leeds, Household World Publisher, , 1033 p. (lire en ligne [PDF]), p. 80–83
  • François-René Tranchefort (dir.), Guide de la musique de piano et de clavecin, Paris, Fayard, coll. « Les Indispensables de la musique », , 867 p. (ISBN 978-2-213-01639-9, OCLC 17967083, lire en ligne), p. 34.
  • Guy Sacre, La musique pour piano : dictionnaire des compositeurs et des œuvres, vol. I (A-I), Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 2998 p. (ISBN 2-221-05017-7), p. 218.
  • (en) David Ledbetter, Bach’s Well-tempered Clavier : the 48 Preludes and Fugues, Yale University Press, , 414 p. (ISBN 0-300-09707-7, OCLC 5559558992), p. 290–294.
  • (en) David Schulenberg, The keyboard music of J.S. Bach, New York, Routledge, , viii–535 p. (ISBN 0415973996, OCLC 63472907, lire en ligne), p. 199–238.
  • Yo Tomita, « préface », dans J.-S. Bach, Clavier bien tempéré, Livre II, Henle, , xvii-163 p. (ISMN 979-0-2018-0017-2, lire en ligne), p. IX–XIII

Notes et références

  1. a et b Tranchefort 1987, p. 38.
  2. a et b Ledbetter 2002, p. 291.
  3. a et b Sacre 1998, p. 218.
  4. Keller 1973, p. 183.
  5. a et b Manuscrit Am.B 57 sur bach-digital.de
  6. a b et c Gray 1938, p. 113.
  7. Gray 1938, p. 114.
  8. a b c d et e Ledbetter 2002, p. 292.
  9. a et b Keller 1973, p. 184.
  10. David 1962, p. 55.
  11. Keller 1973, p. 185.
  12. David 1962, p. 56.
  13. Sources du BWV 882 sur bach-digital.de.
  14. a et b Tomita 2007, p. X.
  15. « Jean-Sébastien Bach, « Le clavier bien tempéré », vol. II — copie d'Altnikol », sur International Music Score Library Project
  16. [lire en ligne]

Liens externes