Match de rugby à XV Afrique du Sud - Japon (2015)

Afrique du Sud – Japon 2015
Image illustrative de l’article Match de rugby à XV Afrique du Sud - Japon (2015)
Contexte
Compétition coupe du monde (match de poule)
Date 19 septembre 2015
Stade Community Stadium
Lieu Drapeau : Angleterre Brighton
Affluence 29 290 spectateurs
Résultat
Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud 32-34 Drapeau : Japon Japon
Mi-temps 12-10 0
Acteurs majeurs
Arbitrage Drapeau : France Jérôme Garcès

Le match de poule de la Coupe du monde de rugby 2015 opposant l'Afrique du Sud et le Japon le à Brighton en Angleterre voit le Japon l'emporter 34-32 et constitue la plus grande surprise de l'histoire de la compétition et le plus grand exploit du rugby japonais. Ce match est également connu comme le « miracle de Brighton ».

Alors que les Springboks[a] sont l'une des meilleures nations mondiales avec notamment deux sacres en 1995 et 2007, et que le Japon n'a jusque là remporté qu'un seul match dans toute l'histoire de la Coupe du monde, les Brave Blossoms[b] maîtrisent leur match du début à la fin, s'appuyant sur un gros pack et une belle résilience, et s'offrent une victoire historique à la surprise générale. Le sélectionneur australien Eddie Jones, qui a repris cette sélection en main en 2012, et l'arrière Ayumu Goromaru, qui a inscrit 24 points, sont les grands artisans de ce succès.

Malgré la victoire, le Japon ne parvient pas à se qualifier pour les quarts de finale, tandis que l'Afrique du Sud finit première du groupe et terminera troisième de la compétition après avoir perdu en demi-finale contre les futurs vainqueurs. Cependant, ce match a un impact favorable sur l'image du rugby japonais, qui doit organiser la prochaine édition de la Coupe du monde.

Contexte

Historique

Dans une photographie en noir et blanc de mauvaise qualité, on voit des joueurs au premier plan jouant dans un petit stade surmonté d'une montagne imposante.
La tournée des Lions britanniques de 1891 en Afrique du Sud est l'occasion du tout premier match international d'une équipe assimilée à l'Afrique du Sud.

Le rugby[c] a été introduit en Afrique du Sud par les colons britanniques au milieu du XIXe siècle. La première fédération de rugby sud-africaine, la South African Rugby Board, est créée en 1889 (pour les Blancs) et la première tournée des Lions britanniques en Afrique du Sud en 1891 marque le début de l'existence du pays sur la scène internationale. Après avoir passé des périodes pendant lesquelles l'Afrique du Sud était l'une sinon la meilleure équipe du monde (1919-1939 ; 1949-1955), le pays s'isole de 1970 à 1991 dans un contexte de lutte contre l'apartheid. Après avoir manqué les deux premières éditions, l'Afrique du Sud participe à sa première Coupe du monde en 1995, qu'elle remporte. Depuis lors, ce pays est installé parmi les toutes meilleures nations mondiales du rugby à XV : elle prend part aux Tri-Nations (avec la Nouvelle-Zélande et l'Australie), qui deviennent le Rugby Championship avec l'intégration de l'Argentine en 2012, et remporte de nouveau la Coupe du monde en 2007[2].

Alors que le rugby est également introduit dans le pays au milieu du XIXe siècle[d], les premiers pratiquants japonais sont les étudiants de l'université Keiō en 1899[4]. Le sport se développe très bien localement au début du XXe siècle sous les auspices de l'alliance anglo-japonaise, et les premiers matchs internationaux ont lieu dans les années 1930, avec une tournée en Colombie-Britannique en 1930 puis avec la réception du Canada en 1932[5],[6]. La sélection japonaise participe à toutes les éditions de la Coupe du monde, mais n'y gagne qu'une seule rencontre (contre le Zimbabwe en 1991) et subit notamment une défaite humiliante et traumatisante[e],[f] lors de l'édition de 1995 contre la Nouvelle-Zélande (145-17, le plus grand écart jamais réalisé)[2],[7],[9]. En 2006, le Japon intègre la Pacific Nations Cup — qui est déjà composée des Fidji, des Samoa et des Tonga — qu'il remporte en 2011 et en 2014 (ex-aequo avec les Samoa).

Jusqu'à cette confrontation lors de la coupe du monde 2015, l'Afrique du Sud, 3e du classement World Rugby, et le Japon, 13e, ne se sont jamais affrontés[10],[11].

Coupe du monde 2015

Les Sud-Africains ont eu une année 2015 difficile[12]. Ils ont dû faire face à une importante polémique sur les quotas de joueurs blancs et noirs juste avant le Mondial, l'Agence for New Agenda, un micro-parti du pays, ayant même demandé que les Springboks[a] ne partent pas à la Coupe du monde s'il n'y a pas plus de joueurs de couleur, prétendant que les critères de sélection sont « racialement discriminants et biaisés en faveur des Blancs »[13]. En 2015, le sélectionneur du pays se voit imposer un quota de 30% de joueurs « non blancs » ; Heyneke Meyer appelle finalement 9 joueurs de couleur — un record — et reçoit le soutien public de Bryan Habana, star de l'équipe et Noir[13]. Sportivement, l'Afrique du Sud subit aussi une défaite historique, chez elle, face à l'Argentine (25-37), à l'occasion du Rugby Championship 2015, dont elle finit dernière avec aucune victoire. Cependant, les observateurs font remarquer qu'il ne faut pas enterrer un pays qui relève toujours son niveau lors des coupes du monde[12].

Les Japonais, dans le 4e chapeau de la poule B en tant que qualifiés comme meilleure équipe asiatique[14], ne font pas figure de favoris, la deuxième place du groupe étant a priori dévolue au vainqueur de la confrontation entre l'Écosse et les Samoa[2]. Quand Eddie Jones, australien de mère japonaise, devient en 2012 le sélectionneur de l'équipe du Japon, alors 15e nation mondiale[15], il s'inquiète de la défense perméable des Japonais et fait appel à Max Mannix, ancien treiziste ayant évolué sous les ordres de Warren Ryan au sein des Canterbury-Bankstown Bulldogs, qui a révolutionné le système de défense[7]. Jones fait aussi appel à l'entraîneur de football Pep Guardiola pour obtenir des conseils d'animation offensive afin de faire du Japon une équipe « tactiquement plus flexible » et cherche à faire un travail en profondeur pour changer la mentalité japonaise, en lui donnant davantage « de vice et d'autonomie »[16],[7],[g]. Il s'inspire aussi d'un entraîneur français (non cité) qui utilisait des drones pour que les joueurs puissent voir leur façon de jouer et leurs mouvements[17] et consolide son staff de l'ancien talonneur international français Marc Dal Maso, spécialiste des avants[16]. Il a pour tâche de redonner confiance aux Japonais dans ce secteur, en leur apprenant « le geste juste, la force collective et une forme d'agressivité à l'impact qui leur était étrangère[18]. » C'est ainsi que le finaliste du Mondial 2003 avec les Wallabies parvient aussi à faire prendre conscience à ses joueurs qu'un exploit contre l'Afrique du Sud est possible[7]. Le Japon est, depuis son mandat, sur une phase de progression importante, ayant remporté des matchs de prestige contre le pays de Galles en 2013 et l'Italie en 2014[2], et possédant « l'un des pack ayant le plus progressé au monde », selon l'ancien pilier international français d'origine sud-africaine et conseiller des Springboks Pieter de Villiers[12]. La sélection japonaise demeure néanmoins inconstante, à l'image de sa piètre 4e place à la Pacific Nations Cup 2015, avec une seule victoire sur le Canada.

Jusqu'au début de la rencontre, les cotes du match sont très favorables à l'Afrique du Sud (avec notamment des cotes à 28 contre 1[19] ou 33 contre 1[12]), les observateurs voyant l'opposition japonaise comme une formalité pour les double champions du monde[12]. Eddie Jones répète lui-même que cette confrontation sera « David contre Goliath »[2], même s'il affiche des ambitions élevées et affirme que ce match pourrait bien chambouler le classement final du groupe[20].

Le match

Contexte du match

Le stade, de la forme ovale d'un ballon de rugby, est vu du ciel.
Le Community Stadium de Brighton, théâtre de la rencontre.

Afrique du Sud – Japon est le quatrième rendez-vous de la compétition, le premier de la poule B. Il se tient dès le lendemain de la cérémonie d'ouverture et du match d'ouverture entre l'Angleterre et les Fidji, remporté par le pays organisateur sur le score de 35 à 11.

Le coup d'envoi est prévu le à 16 h 45 UTC+1 dans le Community Stadium de Brighton, l'une des treize enceintes retenues pour accueillir la compétition[21]. Ce stade ayant ouvert en , c'est alors l'un des plus récents à accueillir un match de rugby. D'un coût estimé à 93 millions de livres sterling, il se veut l'un des plus modernes du monde à son ouverture[21].

Le stade a une capacité de 30 750 places assises et fait presque le plein pour ce match, avec 29 290 spectateurs[21],[20]. A noter que dû à la proximité du stade de la mer, des faucons sont régulièrement amenés au stade afin d'empêcher la nidification des mouettes et des pigeons[21].

Ce stade ne reçoit qu'un seul autre match de la compétition : SamoaÉtats-Unis, comptant également pour la poule B, qui se tient le lendemain et s'achève sur le score de 25-16[21].

Composition des équipes

Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud

Titulaires
15 Zane Kirchner
14 Bryan Habana
13 Jesse Kriel
12 Jean de Villiers, Capitaine
11 Lwazi Mvovo Remplacé après 70 minutes 70e
10 Patrick Lambie Remplacé après 58 minutes 58e
9 Ruan Pienaar Remplacé après 58 minutes 58e
8 Schalk Burger
7 Pieter-Steph du Toit Remplacé après 57 minutes 57e
6 François Louw
5 Victor Matfield
4 Lood de Jager Remplacé après 69 minutes 69e
3 Jannie du Plessis Remplacé après 54 minutes 54eEntré après 79 minutes 79e 
2 Bismarck du Plessis Remplacé après 54 minutes 54e
1 Tendai Mtawarira Remplacé après 54 minutes 54eEntré après 79 minutes 79e 
Remplaçants
16 Adriaan Strauss Entré après 54 minutes 54e 
17 Trevor Nyakane Entré après 54 minutes 54e Remplacé après 79 minutes 79e
18 Coenie Oosthuizen Entré après 54 minutes 54e 
19 Eben Etzebeth Entré après 69 minutes 69e 
20 Siya Kolisi Entré après 57 minutes 57e Remplacé après 79 minutes 79e
21 Fourie du Preez Entré après 58 minutes 58e 
22 Handré Pollard Entré après 58 minutes 58e 
23 JP Pietersen Entré après 70 minutes 70e 
Entraîneur
Drapeau : Afrique du Sud Heyneke Meyer

South Africa vs Japan 2015-09-19.svg

Drapeau : Japon Japon

Titulaires
Ayumu Goromaru 15
Remplacé après 79 minutes 79e Akihito Yamada 14
Male Sa'u 13
Harumichi Tatekawa 12
Kotaro Matsushima 11
Remplacé après 73 minutes 73e Kosei Ono 10
Remplacé après 67 minutes 67e Fumiaki Tanaka 9
Remplacé après 46 minutes 46e Hendrik Tui 8
Michael Broadhurst 7
Capitaine, Michael Leitch 6
Remplacé après 54 minutes 54e Hitoshi Ono 5
Luke Thompson 4
Remplacé après 10 minutes 10eEntré après 19 minutes 19e Remplacé après 54 minutes 54e Kensuke Hatakeyama 3
Remplacé après 70 minutes 70e Shota Horie 2
Remplacé après 58 minutes 58e Masataka Mikami 1
Remplaçants
Entré après 70 minutes 70e  Takeshi Kizu 16
Entré après 58 minutes 58e  Keita Inagaki 17
Remplacé après 10 minutes 10eEntré après 19 minutes 19e Remplacé après 54 minutes 54e Hiroshi Yamashita 18
Entré après 54 minutes 54e  Shinya Makabe 19
Entré après 46 minutes 46e  Amanaki Mafi 20
Entré après 67 minutes 67e  Atsushi Hiwasa 21
Entré après 73 minutes 73e  Yu Tamura 22
Entré après 79 minutes 79e  Karne Hesketh 23
Entraîneur
Drapeau : Australie Eddie Jones

Résumé

Feuille de match[20]
Afrique du Sud Drapeau d'Afrique du Sud 32 – 34 Drapeau : Japon Japon
(mt : 12-10)
au Community Stadium, Brighton

Homme du match : Fumiaki Tanaka Drapeau : Japon

Points marqués :
Drapeau : Afrique du Sud Afrique du Sud

Drapeau : Japon Japon

  • 3 essais :
    Leitch 30e
    Goromaru 69e
    Hesketh 80e
  • 2 transformations :
    Goromaru 31e, 70e
  • 5 pénalités :
    Goromaru 8e, 43e, 49e, 53e, 60e

Évolution du score : 0-3, 7-3, 7-10, 12-10, mt, 12-13, 19-13, 19-16, 19-19, 22-19, 22-22, 29-22, 29-29, 32-29, 32-34

Cartons : Carton jaune Coenie Oosthuizen Drapeau : Afrique du Sud (78e)

Arbitre : Jérôme Garcès Drapeau : France
Touche : JP Doyle Drapeau : Angleterre et Federico Anselmi Drapeau : Argentine
Vidéo : Graham Hughes Drapeau : Angleterre

Spectateurs : 29 290

Première mi-temps

Le joueur, de profil, est en pleine action avec le maillot vert et or de l'équipe d'Afrique du Sud.
Patrick Lambie, leader de l'attaque sud-africaine (ici en 2011).

L'arbitre Jérôme Garcès siffle le début du match et Patrick Lambie tape le coup d'envoi[20].

Les Sud-Africains sont très durs dans les impacts dès le début du match, mais le Japon résiste et parvient à se dégager[2],[20]. À la suite d'une faute en mêlée des Springboks[a], Ayumu Goromaru ouvre le score d'une pénalité à la 7e minute, surprenant déjà les observateurs (0-3)[20]. Les Japonais enchaînent avec une belle action à la main menée par le demi de mêlée remplaçant des Highlanders Fumiaki Tanaka et les Sud-Africains concèdent une deuxième pénalité, que manque Goromaru. Le Japon se procure à nouveau un bon ballon d'attaque, mais les Sud-Africains obtiennent un turnover et Lambie dégage son équipe[20].

Dans la foulée, les Rouge et Blanc obtiennent une pénalité et l'ouvreur sud-africain rapproche son équipe de la ligne d'en-but japonaise. La défense nippone résiste aux assauts adverses mais concède une nouvelle pénalité, que Lambie envoie à nouveau en touche. À la 18e minute, l'Afrique du Sud débloque enfin son compteur en inscrivant en force le premier essai du match par François Louw (5-3)[22] ; Lambie transforme[20].

Après des échanges de coup de pied de dégagement entre Pienaar et Goromaru, les « Boks » refont parler leur puissance et marquent un essai par leur pilier droit Jannie du Plessis, mais il est refusé. Les Japonais se dégagent et même s'ils souffrent en mêlée, parviennent à remonter jusqu'à la moitié de terrain adverse. Ils obtiennent une pénalité, tapée en touche. S'ensuit un maul impressionnant de la part des Japonais, qui passent la ligne d'en-but ; Garcès refuse l'essai mais revient à une faute sud-africaine : les Japonais tapent à nouveau en touche. Il rééditent leur mêlée ouverte et font montre d'une puissance « implacable » pour finalement lancer le troisième ligne aile d'origine fidjienne[h] Michael Leitch, qui aplatit à la 29e minute sous le vacarme du public, qui n'en revient pas de l'audace nippone (7-8)[23]. Le Japon, qui montre qu'il a aussi un pack puissant, repasse devant et alourdit la marque après la transformation de Goromaru (7-10)[20],[2].

Sur le coup de renvoi, les Sud-Africains mettent la pression aux Japonais et obtiennent une pénalité que Lambie expédie en touche. Les Springboks imitent les Brave Blossoms[b] et marquent un essai en force à la suite d'un maul pénétrant à la retombée de la touche, par Bismarck du Plessis (33e, 12-10). Lambie manque la transformation. La fin de cette première mi-temps voit les Japonais s'appuyer sur une « superbe défense » en résistant aux assauts des Sud-Africains. À la surprise générale, ces derniers mènent à la pause de seulement deux points[2],[20].

Le consultant d'ESPN Rob Bartlett se montre stupéfait du scénario de cette rencontre et de la force mentale des Japonais, qui auraient pu douter après l'essai sud-africain ; il loue aussi « l'un des packs ayant le plus progressé au monde » et la défense dans le jeu courant des Japonais. Il estime que si le Japon se libère davantage, il pourrait créer la grosse surprise à la fin du match. De son côté, l'ancien rugbyman sud-africain et champion du monde 1995 François Pienaar analyse cette première mi-temps comme étant un coup de maître d'Eddie Jones, qui a prévu un plan où son équipe a imposé un rythme très élevé, mais se demande si les Japonais sauront le tenir tout le match[20].

Deuxième mi-temps

Portrait du joueur sous les couleurs bleues de son club des Yamaha Júbilo.
Le Japonais Ayumu Goromaru, grand artisan de la victoire (ici en 2014).

Dès le début de la deuxième période, Goromaru profite d'une position de hors-jeu de Tendai Mtawarira pour inscrire trois points de plus et repasser devant (42e, 12-13). Dès la minute suivante, après un cafouillage japonais et à la sortie d'un ruck, Lood de Jager profite d'une défense désorganisée pour partir au ras, courir sur 25 m et inscrire un essai[24] — transformé par Lambie —, qui permet aux Sud-Africains de reprendre l'ascendant (44e, 19-13)[20].

Mais alors que l'on pensait la « machine sud-africaine » enfin lancée après ce début de deuxième mi-temps haletant[20], les Japonais remontent « tranquillement » leur retard, par deux pénalités de Goromaru (49e, après une faute dans un ruck ; 53e, qui fait suite à une très belle attaque nippone) pour égaliser à 19 partout[2],[25]. Heyneke Meyer choisit ce moment pour changer toute sa première ligne et fait entrer Adriaan Strauss, Trevor Nyakane et Coenie Oosthuizen[20].

Les Sud-Africains remettent la pression offensivement et finissent par obtenir une pénalité à la suite d'une phase de ruck. Le choix de la tenter fait huer le public, mais Lambie ne tremble pas, malgré la distance (57e, 22-19)[20]. Meyer procède à nouveau à un changement important en remplaçant toute sa charnière : Handré Pollard et Fourie du Preez remplacent respectivement Lambie et Pienaar[20]. La 3e nation mondiale cafouille son rugby dans ses propres 22 mètres, ce qui aboutit à une nouvelle pénalité pour les Japonais, que ne manque pas Goromaru (59e, 22-22). La foule exulte à nouveau, séduite par le déroulement improbable de ce match[20].

Après un dégagement directement en touche d'un rien de Tanaka, les Springboks reprennent de leur contenance et repartent à l'attaque depuis le camp japonais. Le talonneur Adriaan Strauss fait un numéro en repoussant puissamment son vis-à-vis puis en faisant un cadrage-débordement sur l'ailier japonais Kotaro Matsushima pour inscrire un nouvel essai[26] ; après la transformation d'Handré Pollard, l'Afrique du Sud mène 29-22 à la 62e minute de jeu[20].

Dans la foulée, le Japon est pénalisé plusieurs fois, et les Boks veulent tuer le match en continuant d'attaquer, mais un déblayage à l'épaule de Coenie Oosthuizen énerve Garcès qui ne sort pas un carton jaune mais offre une pénalité au Japon. Les Brave Blossoms expédient le cuir dans les 22 adverses, et utilisent le lancement de jeu en première main pour faire parler cette fois la vitesse des trois-quarts qui combinent et marquent un très bel essai par l'omniprésent Ayumu Goromaru (68e)[27]. Ce dernier transforme lui-même son essai et égalise à nouveau à 29 partout[20].

Les Japonais subissent à nouveau sur le renvoi et les Sud-Africains repartent à l'attaque avec un Pollard très vif qui crée des brèches dans la défense, qui sauve de peu un essai sud-africain. Garcès revient à un hors-jeu nippon et l'ouvreur adverse en profite pour refaire passer son équipe devant : 32-29 à la 72e[20].

Tandis que l'on pouvait penser qu'après ces offensives concrétisées par Pollard, le Japon accuserait le coup et que l'Afrique du Sud « se sauverait au moins d'une humiliante défaite »[2],[28], c'est tout l'inverse qui se produit : les Japonais étant plongés « dans un état second », toute la fin du match les voit attaquer inlassablement. Oosthuizen est à nouveau coupable et cette fois l'arbitre l'exclut, laissant les Sud-Africains terminer la rencontre à 14 (78e)[2],[20]. Tandis que Karne Hesketh entre en jeu, les Japonais vont en touche pour continuer à mettre la pression et parviennent à passer la ligne d'en-but, mais l'essai est refusé à la vidéo car il est impossible de voir si le ballon a été aplati sous la masse de joueurs écroulés. Mêlée pour le Japon, qui obtient une nouvelle pénalité : alors qu'on est dans les arrêts de jeu, le capitaine Michael Leitch n'écoute pas son entraîneur qui lui indique de prendre la pénalité pour assurer un match nul — inespéré avant la rencontre — et demande une nouvelle mêlée sous les hourras d'un public qui n'en croit pas ses yeux et reste debout jusqu'à la fin du match[2],[20],[29]. La mêlée s'écroule et Atsushi Hiwasa introduit à nouveau — le public est en apnée. La mêlée japonaise souffre, mais le 9 parvient à extraire le ballon et à l'écarter. Après plusieurs points de fixation, un beau mouvement de trois-quarts traverse tout le terrain dans la largeur jusqu'à Amanaki Mafi, qui élimine deux défenseurs pour lancer Karne Hesketh, qui aplatit le ballon en coin, scellant le score du match (32-34) sous l'ovation du public[2],[20],[30]. La transformation non réussie et la fin de match sifflée, les spectateurs exultent ; les Japonais dans les tribunes sont en pleurs, tout comme les joueurs, qui font deux tours d'honneur pour célébrer ce qui deviendra « le miracle de Brighton »[31],[32],[33].

Statistiques

Statistiques globales

Afrique du Sud Statistique[20] Japon
Points marqués
4 Essais 3
3/4 Transformations 2/3
2/2 Pénalités 5/6
83% % efficacité au pied 78 %
0/0 Drops 0/0
Coups de pieds, passes, courses
35 Coup de pieds 36
171 Passes 124
138 Courses 95
451 Mètres parcourus avec le ballon 370
Phase d'attaque
55 (66/42) % Possession totale (1re mi-temps / 2e mi-temps) 45 (34/58)
58 (76/40) % Occupation totale (1re mi-temps / 2e mi-temps) 42 (24/60)
7 Franchissements 3
26 Défenseurs battus 16
10 Passes après contact 0
101/106 (95,3) Rucks gagnés (%) 81/83 (97,6)
5/6 (83,3) Mauls gagnés (%) 4/5 (80)
11 Turnovers concédés 7
Phase de défense
102/16 (86) Plaquages effectués/manqués (%) 127/26 (83)
Conquête
2/0 (100) Mêlées sur propre introduction gagnés/perdues (%) 7/0 (100)
15/0 (100) Touches sur propre introduction gagnées/perdues (%) 12/1 (92,3)
Conquête
12 Pénalités concédées 8
1 Cartons jaunes 0
0 Cartons rouges 0

Statistiques individuelles

Afrique du Sud Statistique[20] Japon
Patrick Lambie (7) Points inscrits Ayumu Goromaru (24)
Zane Kirchner (81) Mètres parcourus avec le ballon Ayumu Goromaru (76)
Lood de Jager (4) Défenseurs battus Amanaki Mafi (4)
Ruan Pienaar (79) Passes effectuées Fumiaki Tanaka (47)
Victor Matfield (10/0) Meilleurs plaqueurs (réussis/ratés) Michael Leitch (17/3)
Victor Matfield (7/0) Ballons attrapés en touche (propre lancer/lancer adverse) Luke Thompson (3/0)

Réactions et analyse

Portrait d'Eddie Jones en costume et tenant le micro en souriant.
Eddie Jones, sélectionneur du Japon (ici en 2009).

Réactions des protagonistes

Le sélectionneur sud-africain Heyneke Meyer définit cet événement comme « le pire jour de ma carrière » et présente ses excuses à la nation ; Bryan Habana a lui aussi le sentiment d'avoir « laissé tomber [leur] pays »[16],[34]. Le capitaine Jean de Villiers admet avoir pris un coup derrière la tête et être embarrassé mais rend hommage au Japon à qui il faut donner tout le crédit de la victoire, l'Afrique du Sud n'ayant jamais su contrer des Japonais qui n'ont rien lâché. De manière générale, les Sud-Africains préfèrent se promettre de tout remettre à l'endroit pour le prochain match contre les Samoa et de s'inspirer de la France, qui, lors de la Coupe du monde de 2011, a perdu en poule, mais est parvenu en finale[34].

Le sélectionneur du Japon Eddie Jones reste calme et veut rappeler ses objectifs : « Nous ne sommes pas venus ici pour faire un seul coup d’éclat. Nous avons deux objectifs : atteindre les quarts de finale et être l’équipe du tournoi. En ce sens, nous avons bien réussi nos débuts[16] ». Ayamu Goromaru met en avant l'énorme et difficile travail préparatoire[i] effectué pour arriver à marquer l'histoire et se déclare ravi d'avoir non seulement surpris les fans japonais mais ceux du monde entier[36].

Pour Karne Hesketh, le public soutenait le Japon ; il estime que c'est quand les Japonais décident d'aller chercher la victoire au lieu de taper la pénalité pour obtenir un match nul à la toute fin du match qu'ils ont obtenu son respect[36].

Sur Twitter, de nombreux joueurs professionnels des autres pays — y compris des participants à la Coupe du monde — se montrent extrêmement surpris et enchantés par la performance du Japon[37].

Réactions et analyses des journalistes

Consultant d'ESPN pour couvrir le match, Rob Bartlett est à chaud dithyrambique :

« Le Japon a non seulement choqué l’Afrique du Sud, mais également le monde. Une démonstration fascinante de puissance et de brio avec le ballon leur a valu leur plus grande victoire internationale de l’histoire. Ce n’était pas dans le scénario : un essai de Karne Hesketh à la 83e minute a garanti que son nom serait écrit pour toujours dans le folklore du rugby. Ce n'était même pas que l'Afrique du Sud était dans un jour sans — le Japon était tout simplement génial. Leur performance ne donnera pas seulement la foi aux petits poucets[j] pour le reste du tournoi — on en parlera pour les années à venir[k]. Eddie Jones espère que son équipe pourra se qualifier pour les quarts de finale — aujourd'hui à Brighton, il a montré que ce n'était pas un rêve impensable[20]. »

Tom Hamilton, également d'ESPN, se montre très critique vis-à-vis des Sud-Africains en résumant le match au « triomphe du cerveau face au muscle », reprochant à la 3e nation mondiale de vouloir absolument passer en force quelle que soit la position ; la flèche d'attaque n'a pratiquement pas eu de ballon au contraire des arrières japonais, et il estime que somme toute, le Japon a été meilleur dans tous les compartiments du jeu[39]. Il considère que l'entrée de Fourie du Preez a enfin donné une direction au jeu springbok[a] quand il est entré (58e), mais l'équipe s'est tout de même désorganisée et a semblé fatiguée, appuyant cette impression sur le fait que trop de joueurs revenaient de blessure[39],[40]. Pour L'Équipe, Richard Escot est lui aussi à chaud dithyrambique vis-à-vis des Japonais et extrêmement critique vis-à-vis des Sud-Africains : ceux-ci sont « humiliés [...] ridiculisés » et auraient livré le plus mauvais match de leur histoire en Coupe du monde[41].

La presse japonaise n'hésite pas à mettre en une l'exploit de son équipe nationale, malgré une popularité bien moindre que d'autres sports comme le base-ball, le football et même le football américain[8]; elle reconnaît sa portée « historique » et se montre fière que le Japon ait « stupéfié le monde »[42].

En Afrique du Sud, cette défaite est vécue comme un « cauchemar », comme « la pire humiliation dans l’histoire du sport sud-africain [...] une honte ». Les journaux locaux critiquent vertement le staff et demandent à ce qu'il y ait des changements en profondeur, tandis que des images de joueurs sud-africains abattus tournent en boucle à la télévision[43].

Pour Coudry du Figaro, « la tenue en mêlée et la résistance dans le combat des Nippons (leurs habituels points faibles) ont été impressionnantes » et inattendues, et la métamorphose des avants japonais est à mettre notamment au crédit de l'ancien talonneur international français Marc Dal Maso, dans le staff depuis 2013, comme l'atteste l'essai sur un groupé pénétrant (le premier des trois)[16]. Escot met lui aussi en avant la performance des Japonais dans le secteur de la mêlée ainsi que dans leurs mauls, pourtant l'arme de prédilection des Sud-Africains[41], comme le confirme le joueur sud-africain évoluant en France Coenie Basson[43]. Selon les stats officielles, la mêlée japonaise a remporté sept mêlées sur sept sur introduction propre et l'ensemble de l'équipe a réussi 83% des plaquages[20].

La presse est unanime sur le fait que ce match constitue la plus grande surprise et le plus bel exploit de l'histoire de la compétition et du rugby japonais[7],[16],[28],[44],[45],[2]. Le sentiment que les petites nations ne veulent plus être des faire-valoir est régulièrement mis en avant, de même que celui d'avoir assister à un match « d'anthologie » qui restera dans les annales[16].

Conséquences et impact

Dans la compétition

En poule

Le joueur sud-africain est au sol avec le ballon dans la main droite.
Bryan Habana marque un essai contre les États-Unis.

Le Japon rebat les cartes pour les qualifications pour les quarts de finale : capable d'avoir battu le favori du groupe — sa première contre une nation de la SANZAR[l],[44] —, l'Écosse et les Samoa sont désormais à leur portée[2].

Seulement quatre jours plus tard, le Japon affronte le « XV du Chardon », qui fait son entrée dans la compétition. Plus frais, les Écossais font exploser les Cherry Blossoms (45-10), qui avaient résisté une mi-temps (12-7 à la pause). Le Japon ne se démobilise pas et remporte les deux autres matchs, contre les Samoa (26-5) puis les États-Unis (28-18). De leurs côtés, les Écossais perdent contre l'Afrique du Sud (34-16) mais remportent les autres matchs (dont celui contre les Samoa d'un rien — 36-33) avec une plus grande marge et récoltent des bonus offensifs que n'a pas su récolter le Japon, qui s'arrête aux portes d'une qualification historique malgré un ratio de victoires égal à l'Afrique du Sud et à l'Écosse (3 victoires ; 1 défaite).

De son côté, malgré sa première défaite contre une équipe du Tier 2[m],[28] qui lui apporte tout de même deux points de bonus (offensif, pour avoir marqué 4 essais ; défensif pour avoir perdu de moins de 7 points d'écart), l'Afrique du Sud s'est ressaisie en écrasant tous les autres adversaires de la poule pour finir première. Elle se qualifie ainsi pour les quarts de finale.


Rang Pays Joués V N D EM EE BO BD PM PE Diff Pts
1 Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud 4 3 0 1 23 4 3 1 176 56 120 16
2 Drapeau : Écosse Écosse 4 3 0 1 14 9 2 0 136 93 43 14
3 Drapeau : Japon Japon 4 3 0 1 9 12 0 0 98 100 -2 12
4 Drapeau : Samoa Samoa 4 1 0 3 7 13 1 1 69 124 -55 6
5 Drapeau : États-Unis États-Unis 4 0 0 4 5 20 0 0 50 156 -106 0
Qualifiés pour les quarts de finale et pour la Coupe du monde 2019 (no 1 et no 2)
Éliminé mais qualifié pour la Coupe du monde 2019 (no 3)

Attribution des points de classement[46] : victoire : 4, match nul : 2, défaite : 0, forfait : -2 ; plus les bonus (offensif : 4 essais marqués ou plus ; défensif : défaite par 7 points d'écart ou moins).

Règles de classement[46] : 1. résultat du match de poule entre les deux équipes ; 2. différence de points ; 3. différence d'essais ; 4. nombre de points marqués ; 5. nombre d'essais marqués ; 6. rang au classement World Rugby en date du 3 octobre 2011.

Phases finales

Le Japon éliminé, seule l'Afrique du Sud poursuit l'aventure.

En tant que première de la poule B, l'Afrique du Sud est opposée à la deuxième de la poule A — la « poule de la mort[47] », avec l'Australie, le pays de Galles et l'hôte de la compétition : l'Angleterre, en plus des Fidji, qui sur un match peuvent surprendre un adversaire plus huppé. L'Angleterre, l'une des favorites de la compétition, ne se qualifie pas pour les phases finales de « sa » Coupe du monde après sa défaite surprise d'un rien contre le pays de Galles (25 – 28)[48] puis celle, beaucoup plus claire, contre l'Australie (13 – 33)[49], et c'est le pays de Galles qui termine deuxième, derrière l'Australie.

Le quart de finale entre l'Afrique du Sud et le pays de Galles a lieu le à Twickenham, à Londres, et les Sud-Africains l'emportent 23-19 grâce notamment à un essai en fin de match de Fourie du Preez. Une semaine plus tard, et bien que menant à la mi-temps (12-10), les Springboks[a] s'inclinent dans le même stade d'un rien (18-20) face à la Nouvelle-Zélande, future lauréate de la compétition. Finalement, l'Afrique du Sud termine troisième de la Coupe du monde en dominant l'Argentine 24-13.

Après la compétition

Devenir des joueurs

Ayumu Goromaru, grand artisan de la victoire, voit sa cote exploser à la suite de la Coupe du monde[n]. Une statue en bronze le représentant dans sa fameuse position de préparation au tir au but est érigée à Tokyo en son honneur en [50],[51],[33]. Cependant, sa notoriété l'étouffe et il choisit de quitter pour la première fois le Japon en 2016 afin de rejoindre les Queensland Reds, franchise australienne évoluant en Super 15, puis le RC Toulon en France, dès la fin de la saison[52],[33]. Malgré « l’échec sportif personnel », il ne regrette pas ces expériences, et en 2019, Goromaru est toujours considéré comme l'un des deux sportifs japonais les plus bankables, avec le joueur de tennis Kei Nishikori[53],[33]. Il ne joue plus avec le Japon après la Coupe du monde, mais après deux ans à l'étranger, Goromaru retourne au Japon, où il joue au Yamaha Júbilo et retrouve la tranquillité[33]. Il conserve néanmoins un statut d'icône de ce sport au pays[54].

L'auteur de l'essai victorieux, le natif de Napier (Nouvelle-Zélande) Karne Hesketh, vit lui aussi le succès de façon un peu pesante, voyant son essai diffusé en boucle à l'excès[33]. Il joue encore deux fois pour la sélection japonaise mais refuse d'intégrer les Sunwolves, la franchise japonaise destinée à intégrer le Super Rugby. En effet, sa conjointe, l'internationale néo-zélandaise Carla Hohepa, prépare la Coupe du monde féminine 2017 qui se tient en Irlande, et il devenait difficile d'élever leur premier enfant dans ces conditions. Finalement, seule la star féminine du rugby mondial a continué sa carrière internationale[33].

D'origine tongienne, Amanaki Mafi, lui aussi brillant pendant la Coupe du monde 2015, s'engage en 2017 pour la franchise australienne des Melbourne Rebels, évoluant elle aussi dans le Super Rugby. Cependant, deux ans plus tard, un scandale éclate en Nouvelle-Zélande, à la suite d'une rixe avec son coéquipier, l'international australien lui aussi d'origine tongienne Lopeti Timani, qui finit mal : Mafi est accusé de violences graves et de séquestration. Après une période où il a été banni des terrains, la fédération japonaise autorise l'un de ses meilleurs joueurs à réintégrer avec la sélection, et le voilà qui prend part à la Coupe du monde 2019 au Japon, dans l'attente de son procès, prévu pour début 2020 en Nouvelle-Zélande[33].

Le joueur, le maillot rouge et blanc du Japon sur les épaules, tient un trophée dans les mains devant un mur publicitaire.
Michael Leitch, capitaine de la sélection japonaise (ici en 2014).

D'autres joueurs qui ont pris part à ce match historique ont poursuivi leur carrière et participent eux aussi à la Coupe du monde 2019, tels que le capitaine Michael Leitch — qui a joué deux saison pour les Chiefs néo-zélandais puis pour les Sunwolves en Super Rugby —, le demi de mêlée Fumiaki Tanaka — avec la franchise néo-zélandaise des Highlanders puis également des Sunwolves — ou le rapide ailier Kotaro Matsushima, lui aussi parti pour les Melbourne Rebels avant de rejoindre ses compatriotes au sein de la franchise japonaise[55].

Perspective de la Coupe du monde 2019

Peu avant la Coupe du monde, le Japon venait de souffrir un grave contre-temps pour l'organisation de l'édition suivante de la Coupe du monde au Japon (ainsi que des Jeux olympiques d'été de 2020) avec son stade olympique de Tokyo, dont la restauration avait été abandonnée car trop chère (2 milliards d'euros) et était impopulaire. Cette victoire donne un fort coup de projecteur sur le Japon, qui devient une équipe de rugby crédible et bénéficie du même coup d'un très bon coup de publicité pour l'organisation de son Mondial[16],[45],[42].

Quatre ans après les événements, cette rencontre est toujours considérée comme « l'un des grands événements de cette Coupe du monde » et « l'une des plus grandes surprises » et des « plus grands exploits » jamais réalisés lors d'une Coupe du monde[31],[56],[57]. De ce match, qui a « marqué à jamais l'histoire du rugby mondial[33] », Max Mannix, membre du staff d'Eddie Jones lorsque celui-ci a pris ses fonctions de sélectionneur de l'équipe japonaise, réalise en 2019, à l'orée de la Coupe du monde se tenant au Japon, un documentaire, The Brighton Miracle. Il cherche à comprendre les raisons d'un tel exploit et raconte l'« histoire douloureuse » d'Eddie Jones, sa façon d'étudier les moyens d'améliorer son équipe et comment il a réussi à convaincre des joueurs comme Michael Leitch et Ayumu Goromaru que l'exploit était possible. Pour cela, il a soumis les internationaux japonais à des entraînements très durs, ce dont témoignent Leitch, Goromaru et Toshiaki Hirose, qui a dû accepter de céder le capitanat pour cet objectif. Le film sort au cinéma le au Japon, ainsi que sur la plateforme Amazon Prime[7],[18].

Eddie Jones, devenu sélectionneur de l'Angleterre après avoir quitté ses fonctions avec la fédération japonaise[i], revient en 2019 au Japon à l'occasion de la Coupe du monde, dans la peau d'un favori. Il a conservé une partie de son staff : l'Australien Scott Wisemantel, responsable de l'attaque de 2012 à 2014, et Steve Borthwick, responsable des avants[35],[58]. Avec eux, il revient au même camp de base que quand il était avec le Japon, à Miyazaki, où l'équipe loge au même hôtel et s'entraîne à la même salle de musculation. Pour sa part, Eddie Jones va prier au même sanctuaire shintoïste, où quatre ans auparavant il priait pour que son équipe fasse un bon résultat en Angleterre[58].

Notes et références

Notes
  1. a b c d et e « Les Springboks » est le surnom de l'équipe d'Afrique du Sud de rugby à XV.
  2. a et b « Les Brave Blossoms » est le surnom de l'équipe du Japon de rugby à XV.
  3. Quand le rugby football est introduit en Afrique du Sud et au Japon, la scission entre le rugby à XV et le rugby à XIII n'a pas encore eu lieu. Elle intervient d'abord en 1895 avec la création par des clubs du nord de l'Angleterre de la Northern Rugby Football Union (NRFU) en opposition à la Rugby Football Union originale datant de 1871 ; puis en 1906, quand la NRFU établit ses propres règles qui font passer le nombre de joueurs par équipe de 15 à 13 — d'où le nom aujourd'hui des deux types principaux de rugby[1].
  4. Comme beaucoup de coutumes occidentales, le rugby est introduit au Japon une fois que la diplomatie de la canonnière déployée par les États-Unis et les puissances européennes ont mit fin à la période d'isolement du pays en 1854. Le premier document attestant de l'existence d'un club de rugby date de 1866, faisant référence au Yokohama Foot Ball Club, composé d'officiers Britanniques[3].
  5. Lors de la Coupe du monde 2011, le Japon se retrouve dans la même poule que les All Blacks, et le sélectionneur néo-zélandais du Japon, John Kirwan, préfère mettre ses meilleurs joueurs au repos pour ce match, dans un contexte où le rugby japonais se sent encore humilié par cette « défaite fleuve »[7].
  6. Robert Verdier, ancien joueur installé de très longue date au Japon et membre du comité financier de la fédération japonaise de rugby, explique dans Le Parisien :

    « L'impact énorme au Japon de la victoire contre l'Afrique du sud ne peut pas se comprendre si l'on ne fait pas référence au traumatisme de Bloemfontein. Un sport collectif ne peut pas se développer dans un pays et séduire de nouveaux adeptes s'il n'obtient pas de résultats. Cette défaite a fait beaucoup de tort. On a désormais mis un mouchoir dessus[8]. »

  7. Dans la revue japonaise Aera, Eddie Jones fait une analogie avec les sumotoris, qui suivent la stratégie de leur maître sans penser par eux-même. L'Australien veut absolument changer la mentalité de ses joueurs en les rendant plus autonomes dans l'intelligence situationnelle[16],[17].
  8. Michael Leitch est né en Nouvelle-Zélande de parents fidjiens. Sa famille s'installe au Japon quand il a 15 ans, et il parle le japonais couramment[2].
  9. a et b Dans son film The Brighton Miracle (2019), Max Mannix révèle que les joueurs japonais n'en pouvant plus des conditions difficile d'entraînement — avec notamment des journées de h 30 à 19 h 0 — avaient menacé de faire grève. Ils ont cependant obtenu qu'Eddie Jones renonce à renouveler son contrat après la Coupe du monde[7] et à prendre en charge la nouvelle franchise japonaise des Sunwolves, conditions sine qua non pour que les joueurs reprennent l'entraînement et acceptent de s'engager pour la franchise[35].
  10. Expression faisant référence au conte du Petit Poucet pour désigner les équipes considérées comme « petites », c'est-à-dire qui ont très peu de chances de remporter la compétition.
  11. Quatre ans plus tard, quand un journaliste demande au sélectionneur des États-Unis si un exploit est possible contre l'Angleterre pour son entrée en lice dans le Mondial 2019, celui-ci base sa foi sur deux précédents : la victoire du Japon contre l'Afrique du Sud en 2015 et celle des Tonga contre la France en 2011, donnant ainsi du crédit à la prédiction de Rob Bartlett[38].
  12. La SANZAR est un consortium rassemblant les fédérations d'Afrique du Sud, de Nouvelle-Zélande, d'Australie, puis, à partir de 2016, de l'Argentine, même si cette dernière participe au Rugby Championship (l'ancien Tri-Nations) depuis 2012.
  13. Le Tier 2 est, dans la classification établie par l'IRB puis World Rugby, l'équivalent d'une deuxième division symbolique des nations (il n'y a pas de système de montée et descente).
  14. Déjà recordman du nombre de sélections et de points de son pays, Goromaru égale le record de 1999 de Matt Burke de 24 points inscrits en un match de coupe du monde[36].
Références
  1. (en) Tony Collins, « Schism 1893–1895 », dans Rugby's great split: class, culture and the origins of rugby league football, Routlage, , 2e éd. (ISBN 0-415-39616-6), p. 87–120.
  2. a b c d e f g h i j k l m n o et p Henri Seckel, « Coupe du monde de rugby : victoire historique du Japon face à l’Afrique du Sud », sur Le Monde, (consulté le 11 septembre 2019).
  3. (en) Tony Collins, The Oval World : A Global History of Rugby, Londres, Bloomsbury, (ISBN 978-1-40884-3703).
  4. (en) Huw Richards, A Game for Hooligans : The History of Rugby Union, Édimbourg, Mainstream, (ISBN 978-1-84596-255-5), p. 99.
  5. (en) Huw Richards, A Game for Hooligans : The History of Rugby Union, Édimbourg, Mainstream, (ISBN 978-1-84596-255-5), p. 143.
  6. (en) « Liste de tous les joueurs internationaux du Japon : on peut notamment y voir les joueurs de la tournée au Canada de 1930 ainsi que ceux de la visite du Canada au Japon », sur ESPNscrum (consulté le 18 septembre 2019).
  7. a b c d e f g et h Issartel 2019.
  8. a et b « Coupe du monde de rugby : tout savoir sur le rugby japonais », sur Le Parisien, (consulté le 15 septembre 2019).
  9. (en) [vidéo] Match Nouvelle-Zélande – Japon de 1995 en intégralité sur YouTube.
  10. (en) Afrique du Sud – Japon sur espnscrum.com (Statistiques des confrontations, détails des matchs).
  11. (en) « Classement interactif World Rugby : choisir dans le filtre la date du  », sur World Rugby (consulté le 12 septembre 2019).
  12. a b c d et e (en) Rob Bartlett, « Japan vs South Africa: Springboks hoping to start with a bang », sur ESPNscrum, (consulté le 11 septembre 2019).
  13. a et b Fabien Taccard-Blanchin, « Coupe du monde – L'Afrique du Sud jugée trop "blanche", un parti politique demande son forfait », sur Rugbyrama, (consulté le 12 septembre 2019).
  14. Stéphane Moccozet, « Coupe du Monde de Rugby 2015, la France avec l'Irlande et l'Italie », sur auvergne.france3.fr, France Télévisions, (consulté le 13 septembre 2019).
  15. (en) « Classement interactif World Rugby : choisir dans le filtre la date du  », sur World Rugby (consulté le 12 septembre 2019).
  16. a b c d e f g h et i Arnaud Coudry, « Le Japon, pays de l'Ovale levant, se met à rêver », sur sport24.lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 13 septembre 2019).
  17. a et b « Rugby. Japon : cet entraîneur de choc a permis de battre les Springboks », sur Courrier international, (consulté le 14 septembre 2019).
  18. a et b D. I., « Dal Maso a joué son propre rôle ! », L'Équipe,‎ , p. 29.
  19. « Comparateur de cotes du match Afrique du Sud – Japon », sur meilleurescotes.com, (consulté le 11 septembre 2019).
  20. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z et aa (en) « Fiche du match », sur ESPNscrum (consulté le 11 septembre 2019).
  21. a b c d et e (en) « Rugby World Cup 2015 venues », sur The Telegraph, (consulté le 14 septembre 2019).
  22. (en) [vidéo] World Rugby : « Official Match Highlights », minute 0:26-0:56 sur Dailymotion.
  23. (en) [vidéo] World Rugby : « Official Match Highlights », minute 0:57-1:24 sur Dailymotion.
  24. (en) [vidéo] World Rugby : « Official Match Highlights », minute 1:25-1:43 sur Dailymotion.
  25. (en) [vidéo] World Rugby : « Official Match Highlights », minute 1:44-2:07 sur Dailymotion.
  26. (en) [vidéo] World Rugby : « Official Match Highlights », minute 2:08-2:29 sur Dailymotion.
  27. (en) [vidéo] World Rugby : « Official Match Highlights », minute 2:30-2:53 sur Dailymotion.
  28. a b et c (en) « Japan pull off greatest shock in World Cup history », sur ESPNscrum, (consulté le 11 septembre 2019).
  29. (en) « Rugby World Cup: Remembering the shock of the century », sur CNN, (consulté le 29 septembre 2019).
  30. (en) [vidéo] World Rugby : « Official Match Highlights », minute 2:53-fin sur Dailymotion.
  31. a et b « Rugb'history #8 : la Coupe du monde 2015 », sur L'Équipe, (consulté le 23 septembre 2019).
  32. (en) [vidéo] Unbelievable! Japanese celebrate after historic win over South Africa! sur Dailymotion.
  33. a b c d e f g h et i Dominique Issartel, « Goromaru, Hesketh, Mafi, les auteurs du miracle du Japon contre l'Afrique du Sud en 2015 sont loin du compte », sur L'Équipe, (consulté le 23 septembre 2019).
  34. a et b (en) « Heyneke Meyer apologises for Springboks' performance against Japan », sur ESPNscrum, (consulté le 14 septembre 2019).
  35. a et b D. I., « Comment ils ont « viré » Jones », L'Équipe,‎ , p. 29.
  36. a b et c (en) « Japan coach Eddie Jones amazed as Japan Rugby World Cup heroes stun Springboks », sur ESPNscrum, (consulté le 14 septembre 2019).
  37. « Résumé vidéo. Coupe du monde : l'exploit retentissant du Japon face à l'Afrique du Sud (34-32) », sur Le Rugbynistère, (consulté le 14 septembre 2019).
  38. « Gary Gold (sélectionneur des États-Unis) avant le match contre l'Angleterre : « Nous n'avons rien à perdre » », sur L'Équipe, (consulté le 25 septembre 2019).
  39. a et b (en) Tom Hamilton, « Japan deliver as brave a performance as Rugby World Cup has ever seen », sur ESPNscrum, (consulté le 14 septembre 2019).
  40. (en) « Boks had too many players coming back from injuries, Thinus Delport says », sur ESPNscrum, (consulté le 14 septembre 2019).
  41. a et b « Le Japon crée l'exploit en venant à bout de l'Afrique du Sud (34-32) pour son entrée dans la Coupe du monde! », sur L'Équipe, (consulté le 14 septembre 2019).
  42. a et b « Fierté au Japon après l'exploit de l’équipe nationale en Coupe du monde de rugby », sur Libération, (consulté le 15 septembre 2019).
  43. a et b Yves Billet, « Coenie Basson : « La défaite a plombé l’ambiance du mariage » », sur Le Journal de Saône-et-Loire, (consulté le 15 septembre 2019).
  44. a et b (en) « Rugby World Cup 2015: South Africa 32-34 Japan », sur BBC Sport, (consulté le 11 septembre 2019).
  45. a et b (en) Robert Kitson, « Japan beat South Africa in greatest Rugby World Cup shock ever », sur The Guardian, (consulté le 11 septembre 2019).
  46. a et b (en) « Tournament rules », sur www.rugbyworldcup.com, World Rugby (consulté le 9 septembre 2011).
  47. « Coupe du Monde de Rugby 2015, la France avec l'Irlande et l'Italie », sur francetvinfo.fr, (consulté le 15 septembre 2019).
  48. « Coupe du monde: Le pays de Galles crée l'exploit face à l'Angleterre (28-25) », sur L'Équipe, (consulté le 15 septembre 2019).
  49. « Coupe du monde de rugby : l'Angleterre éliminée après sa défaite contre l'Australie », sur www.rtl.fr, (consulté le 15 septembre 2019).
  50. « Le Japonais Goromaru a sa statue ! », sur sport24.lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 11 septembre 2019).
  51. (en) « Japan celebrate Rugby World Cup success by unveiling a gold Ayumu Goromaru statue », sur foxsports.com.au, (consulté le 12 septembre 2019).
  52. « Le Japonais Ayumu Goromaru signe au RC Toulon », sur L'Équipe, (consulté le 8 juin 2016).
  53. Jean-Marie Bouissou, Les leçons du Japon : Un pays très incorrect, Fayard, , 432 p. (ISBN 9782213679693, lire en ligne), p. 213.
  54. « Quand Guilhem Guirado et Fabien Galthié coachent des U15 japonais », sur L'Équipe, (consulté le 29 septembre 2019).
  55. « Effectif de l'équipe du Japon à la Coupe du monde 2019 », sur L'Équipe (consulté le 23 septembre 2019).
  56. « Japon-Irlande parmi les plus grands exploits », sur Rugbyrama, (consulté le 29 septembre 2019).
  57. « Coupe du monde : le top 5 des plus grosses surprises de l'histoire », sur L'Équipe, (consulté le 29 septembre 2019).
  58. a et b Simon Valzer, « Sur les traces des Brave Blossoms de 2015 », Midi Olympique,‎ , p. 10.

Annexes

Bibliographie

  • Dominique Issartel, « «The Brighton Miracle» : le film qui raconte l'exploit du Japon contre l'Afrique du Sud lors de la Coupe du monde 2015 », L'Équipe,‎ , p. 28 (lire en ligne).

Filmographie

Articles connexes

Liens externes