Bataille de Cottonwood

Bataille de Cottonwood

Informations générales
Date
Lieu près de la ville actuelle de Cottonwood, Idaho (États-Unis)
Issue Victoire des Nez-Percés
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-UnisNez-Percés
Commandants
Capitaine David Perry
Capitaine Stephen G. Whipple
Chef Joseph
Ollokot
White Bird
Pertes
11 soldats tués
5 civils volontaires tués
1 tué

Guerre des Nez-Percés

Batailles

Guerre des Nez-Percés :

Coordonnées 46° 01′ 36″ nord, 116° 19′ 39″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Idaho
(Voir situation sur carte : Idaho)
Bataille de Cottonwood
Géolocalisation sur la carte : États-Unis
(Voir situation sur carte : États-Unis)
Bataille de Cottonwood

La bataille de Cottonwood est une série d'affrontements qui eurent lieu du au durant la guerre des Nez-Percés entre plusieurs groupes de Nez-Percés et des soldats et volontaires américains près de la ville actuelle de Cottonwood, dans l'Idaho.

Contexte

Carte topographique indiquant les rivières et les positions des belligérants.
Carte décrivant les premiers engagements de la guerre des Nez-Percés.

Après leur victoire à White Bird Canyon le , les Nez-Percés hostiles aux Américains traversent la rivière Salmon pour échapper aux troupes du général Oliver Otis Howard lancées à leur poursuite. Même accompagnés de personnes âgées, de femmes et d'enfants et encombrés de leurs tipis et de tout leur matériel, les Nez-Percés traversent les cours d'eau avec une relative facilité, ce qui n'est pas le cas des Américains pour qui les rivières constituent de sérieux obstacles[1]. Le , les Américains tentent à leur tour de traverser mais cela leur prend trois jours pour accomplir la manœuvre[2].

Dans le même temps, Howard a donné l'ordre au capitaine Stephen G. Whipple de capturer le chef amérindien Looking Glass installé avec son groupe au bord de la Clearwater sur la base de rumeurs indiquant qu'il constituerait une menace, bien que ce dernier a depuis le début refusé de participer au conflit[3]. Le , Whipple attaque le camp de Looking Glass mais échoue à capturer le chef amérindien[4]. Furieux de la façon dont lui et son groupe ont été traités par les Américains, Looking Glass décide de se joindre aux autres Nez-Percés hostiles, compliquant la tâche de l'armée américaine[4].

De l'autre côté de la rivière Salmon, Howard réalise qu'il a perdu le contact avec les Amérindiens et qu'il doit désormais suivre leurs traces et deviner leurs intentions[5]. Il pense qu'ils se sont séparés en deux groupes, l'un se dirigeant vers le sud et la vallée de la Wallowa et l'autre vers l'ouest et la rivière Snake mais en réalité, les Nez-Percés ont décidé de retraverser la rivière Salmon plus au nord, à Craig's Ferry, afin de mettre un obstacle entre eux et les Américains[2]. Conscient de cette possibilité, Howard a envoyé un courrier au capitaine Whipple lui demandant de ramener ses troupes à Cottonwood House afin d'y établir une position défensive et d'intercepter les Nez-Percés s'ils venaient à passer par là[4].

Située au bord de la route reliant Lewiston à Mount Idaho, près de la ville actuelle de Cottonwood, Cottonwood House, également appelée Norton's Ranch, est une structure qui fait à la fois office de ranch et d'auberge que la famille Norton a abandonnée après les premiers incidents avec les Nez-Percés survenus le , lorsque trois jeunes Amérindiens ont tué quatre Blancs et en ont blessé un autre le long de la rivière Salmon[6]. Dans la soirée du , le propriétaire du ranch Benjamin B. Norton, sa famille et ses hôtes ont tenté de gagner Grangeville afin de s'y mettre à l'abri mais à une dizaine de kilomètres de Cottonwood, le convoi a été attaqué par un groupe de guerriers nez-percés et cinq personnes dont Benjamin B. Norton ont été tuées[7].

De retour à Mount Idaho le soir du , Whipple prend connaissance des instructions de Howard et part pour Cottonwood le lendemain matin, avec ses deux compagnies de cavalerie et deux mitrailleuses Gatling[8]. Les Nez-Percés quant à eux, ayant appris l'attaque du campement de Looking Glass, se dirigent désormais vers l'est et cherchent à rejoindre le groupe de Looking Glass près de la Clearwater[9]. Pour cela, ils doivent traverser la Camas Prairie et passer à proximité de Cottonwood House[9].

Bataille

Anéantissement du détachement de Rains

Portrait noir et blanc d'un jeune homme en habit militaire.
Le second lieutenant Sevier M. Rains en 1876.

Le matin du , le capitaine Whipple envoie deux éclaireurs civils, William Foster et Charles Blewett, en direction de Craig's Ferry afin d'y chercher des signes de la présence des Amérindiens[10]. À une quinzaine de kilomètres de Cottonwood, ils tombent sur des éclaireurs nez-percés et échangent quelques coups de feu avant de repartir en hâte pour donner l'alerte[11]. Durant leur retraite, Blewett se retrouve désarçonné et se réfugie dans des broussailles tandis que Foster, trop loin pour lui porter secours, poursuit à bride abattue vers Cottonwood pour chercher de l'aide[10].

Après que Foster l'a informé de la situation, Whipple donne l'ordre à ses hommes de se mettre en selle pour tenter de retrouver Blewett et lui porter assistance, ignorant qu'il a finalement été tué dans l'intervalle[12]. Il demande au second lieutenant Sevier McClellan Rains de former un groupe d'avant-garde et de partir reconnaître la position des Nez-Percés, le mettant en garde de « ne pas précéder le commandement de trop loin, de rester en terrain élevé, et de venir rendre compte au premier signe des Indiens[10],[N 1]. » Le groupe de Rains, composé de dix volontaires — cinq de la compagnie E et cinq de la compagnie L — et accompagné par Foster, se met en route à 18 heures[13] suivi cinq minutes plus tard par le reste du commandement — environ 70 hommes — conduit par Whipple[10],[14].

Dans le même temps, les guerriers nez-percés menés par Pahkatos Owyeen et Wahchumyus se sont rapprochés des positions américaines et se préparent au combat[15]. Alors qu'ils avancent vers Cottonwood, ils aperçoivent le détachement de Rains et décident de lui donner la chasse[16]. À la vue des Amérindiens, les hommes de Rains tentent de fuir mais six d'entre eux sont tués rapidement[17]. Les six hommes restant galopent vers une colline où ils mettent pied à terre et s'abritent derrière des rochers[17]. Non loin de là se trouve Tipyahlanah Kapskaps, un guetteur nez-percé surveillant la route afin d'intercepter d'éventuels courriers[18]. Agissant comme un leurre, il se montre aux soldats afin de focaliser les tirs sur lui, tandis que les autres guerriers nez-percés, hors de la vue des Américains, contournent la colline et mettent pied à terre[18]. Pendant que plusieurs hommes gardent les chevaux, les autres rampent en direction des soldats et finissent par tous les tuer[18].

Après les premiers coups de feu, les hommes de Whipple se sont lancés au galop à la suite du groupe de Rains et ont stoppé à environ 800 m de là, ne pouvant voir ce qu'il se passe à cause du relief[14],[4]. Après que les tirs ont cessé, ils reprennent leur avancée, en formation de tirailleur cette fois, jusqu'à ce qu'ils aperçoivent devant eux une centaine de guerriers nez-percés bien positionnés qui leur envoient quelques tirs épars[14]. Positionnées à environ 900 mètres l'une de l'autre, les deux parties s'échangent des coups de feu pendant près de deux heures jusqu'à ce que Whipple, craignant qu'il n'y ait plus rien à faire pour Rains et ses hommes, voyant la nuit tomber et se trouvant en infériorité numérique, donne l'ordre de se retirer à Cottonwood[14],[19].

Attaque de Cottonwood House

Portrait noir et blanc d'un homme en civil portant la barbe.
Le capitaine David Perry.

Dans la nuit du au , Whipple est prévenu de l'arrivée imminente à Cottonwood du capitaine David Perry avec un convoi de 75 mules chargées de provisions et de munitions en provenance de Fort Lapwai[20]. Seuls 29 hommes de la compagnie F escortent le convoi et Whipple craint qu'il se fasse surprendre par les Amérindiens[21]. Il envoie alors deux hommes à sa rencontre mais ils se perdent et finissent par rentrer, sans l'avoir trouvé[21]. Le lendemain à l'aube, Whipple décide d'aller avec l'ensemble de son commandement au-devant de Perry, qu'il retrouve à une douzaine de kilomètres de Cottonwood, découvrant en chemin les restes du détachement de Rains[22].

De retour à Cottonwood House — qui a été renommé Camp Rains[23] —, Perry prend le commandement des troupes qui totalisent désormais 113 hommes[24]. Les soldats travaillent alors à améliorer leurs défenses. Située dans une vallée ouverte à l'extrémité ouest de la Camas Prairie, Cottonwood House occupe une position relativement forte, bordée au nord par Cottonwood Creek et au sud-ouest par une sorte de plateau tandis que s'élève au sud-est une colline imposante qui offre une vue sur tous les alentours[25],[26]. Sur ces reliefs, des trous de tirailleurs sont creusés, dont l'un est couvert par une mitrailleuse Gatling, et une barricade est érigée à proximité des bâtiments[25],[27].

Une mitrailleuse Gatling opérée par des soldats de l'Armée américaine en 1877.

Entre 13 et 14 heures l'après-midi du , les guerriers nez-percés arrivent en force et encerclent le ranch, tout en prenant soin de garder leurs distances[28]. Perry dépêche alors 28 hommes de la compagnie F dans les trous de tirailleurs les plus au sud tandis que 10 hommes des compagnies E et L prennent position dans ceux de l'ouest où le lieutenant Forse commande une mitrailleuse Gatling[28]. À plusieurs reprises, les guerriers nez-percés tentent de prendre d'assaut les positions américaines mais sont à chaque fois repoussés[28]. Au cours de leurs assauts, les Nez-Percés laissent suffisamment d'espace entre eux, rendant ainsi les mitrailleuses Gatling grandement inefficaces[28]. Les échanges de tirs se poursuivent pendant plusieurs heures, jusqu'à ce que les Nez-Percés décident finalement de se retirer vers 21 heures[28]. Au cours de cette journée, aucun des deux camps n'a subi de pertes[28].

Durant la nuit, les Américains renforcent encore leurs positions et se déploient sur les hauteurs[23]. Les combats reprennent vers 9 heures le matin du lorsque des guerriers nez-percés approchent et échangent quelques tirs sporadiques avec les soldats[23]. Pendant que les Américains sont aux prises avec les guerriers, les non-combattants entament la traversée de la Camas Prairie en direction de la rivière Clearwater sans que l'armée américaine ne puisse interférer avec leur déplacement[23].

Attaque du groupe de Randall

Un peu plus tard dans la matinée, deux courriers revenant de mission se font prendre en chasse par une demi-douzaine de Nez-Percés à quelques kilomètres de Cottonwood mais ils parviennent à rejoindre le camp sains et saufs[23]. Les deux hommes informent leurs supérieurs qu'un petit groupe de civils volontaires venant de Mount Idaho s'est fait attaquer alors qu'ils venaient apporter leur soutien aux troupes stationnées à Cottonwood[23].

À Mount Idaho, des rumeurs affirmaient depuis plusieurs jours que les Nez-Percés avaient retraversé la rivière Salmon et se dirigeaient vers la Clearwater, où ils pourraient se joindre au groupe de Looking Glass[29]. Ce matin du , Darius B. Randall, un vétéran de la guerre de Sécession élu capitaine des volontaires de Mount Idaho, demande à l'un de ses lieutenants, Lew Wilmot, de prendre dix hommes avec lui pour tenter de localiser les Amérindiens[30]. À peine sont-ils partis qu'ils apprennent l'anéantissement par les Nez-Percés du détachement de Rains et l'attaque de Cottonwood House[29]. Ils préviennent alors Randall qui décide de rassembler des hommes pour porter assistance aux soldats postés à Cottonwood[29].

Après avoir réuni dix-sept volontaires, le groupe se met en route lorsqu'à cinq ou six kilomètres de leur destination, ils aperçoivent l'imposante caravane des Nez-Percés en train de gagner la prairie[29]. Considérant qu'il serait imprudent de poursuivre, Lew Wilmot propose au reste du groupe de se retirer tant qu'il en est encore temps mais Randall lui répond : « Lew, si tu veux faire demi-tour, tu peux partir. Moi et le reste des gars sommes partis pour Cottonwood et nous y allons[31],[N 2]. » Alors qu'ils font désormais face à une ligne de guerriers amérindiens déployée en travers de leur route, Randall décide de charger[31]. À leur approche, les Nez-Percés s'écartent et les laissent passer avant de se lancer à leur poursuite[31]. Rapidement, le cheval d'un des volontaires est abattu puis c'est au tour de Randall de perdre sa monture[31]. Il demande alors à ses hommes de mettre pied à terre pour affronter les Amérindiens[31]. Alors que Randall et cinq autres volontaires se trouvent dans une petite cuvette, plusieurs hommes prennent position sur une légère hauteur adjacente et ripostent aux tirs des Nez-Percés[32].

Depuis leurs positions à Camp Rains, les soldats américains suivent le déroulement du combat mais Perry, considérant qu'il est déjà trop tard pour leur être d'aucun secours et craignant de tomber dans une embuscade, hésite à envoyer ses hommes[33]. Dans les rangs, des protestations se font entendre et des tensions apparaissent entre Perry et ses subordonnés[33]. Après une vingtaine de minutes passées sans qu'aucune décision ne soit prise, George Shearer et Paul Guiterman, deux autres citoyens volontaires présents à Camp Rains jugeant « [honteux et outrageant] de laisser là ces hommes mourir sans rien tenter qui puisse les sauver[34],[N 3] », enfourchent leurs chevaux et partent rejoindre le groupe de Randall[33]. Près d'une heure plus tard et après que le sergent Bernard Simpson a menacé de conduire une escouade sous son propre chef [N 4], Perry se décide finalement à envoyer une équipe de secours menée par les capitaines Whipple et Winters et composée d'environ soixante hommes et d'une mitrailleuse Gatling[33]. À leur approche, les Nez-Percés décident de rompre le combat sans que les soldats n'aient tiré un seul coup de feu[35].

Au cours de l'affrontement, Randall et un autre volontaire ont été tués et trois autres blessés dont l'un est mort de ses blessures dans la soirée[36]. Un guerrier nez-percé, Weësculatat, a également été mortellement blessé, faisant de lui le premier guerrier nez-percé à mourir au combat durant ce conflit[37].

Bilan et conséquences

Les actions menées par les combattants nez-percés durant ces trois jours ont permis au reste du groupe et à leur bétail de traverser la Camas Prairie sans encombre. Deux jours plus tard, ils atteignent la Clearwater où ils installent leur campement et vers le , ils sont rejoints par le groupe de Looking Glass, portant leur effectif à environ 740 hommes, femmes et enfants[38].

Dans la soirée du , deux unités de citoyens volontaires de Lewiston et de Dayton menées par les capitaines McConville et Hunter arrivent à Cottonwood[39]. Ces unités se trouvaient avec le général Oliver O. Howard de l'autre côté de la Salmon mais ce dernier les a envoyées en renfort immédiatement après avoir appris l'anéantissement de Rains et ses hommes par les Nez-Percés[39]. Le jour suivant, les volontaires partent pour Mount Idaho, transportant avec eux les morts et les blessés de l'affrontement de la veille tandis que les soldats américains enterrent les corps des hommes du détachement de Rains près de l'endroit où ils ont été tués, dépouillés de leurs armes et de leurs vêtements par les Nez-Percés[40]. Le corps de Rains est ramené à Cottonwood House où il est enterré avec les honneurs militaires le lendemain[41]. Le corps de Blewett n'a quant à lui été retrouvé que le [42].

Howard et ses hommes, qui n'ont pu franchir la rivière Salmon à Craig's Ferry, sont contraints de rebrousser chemin et ce n'est que trois jours plus tard qu'ils arrivent au point de confluence de White Bird Creek avec la rivière Salmon, à l'endroit où ils ont traversé une semaine auparavant[43]. Dès que les compagnies H et I du 21e régiment d'infanterie ont traversé, Howard les prend comme escorte et poursuit jusqu'à Grangeville qu'il atteint le en soirée, laissant le reste des troupes le rejoindre dans les jours qui suivent[44].

Les soldats américains sous le commandement de Perry partent de Cottonwood le et retrouvent Howard à Grangeville vers minuit[35]. Ce même jour, les volontaires de Mount Idaho, Lewiston et Dayton se réorganisent en un unique bataillon et élisent McConville comme colonel, puis partent vers le nord à la poursuite des Nez-Percés hostiles, conduisant à la bataille de la Clearwater quelques jours plus tard[45].

Notes et références

Notes

  1. (en) « I particularly cautioned Lt. Rains not to precede the command too far, to keep on high ground, and to report at the first sign of the Indians. »
  2. (en) « Lew, if you want to go back, you can go. I and the rest of the boys have started to Cottonwood and we are going. »
  3. (en) « it is a shame and an outrage to allow those men to remain there and perish without making an effort to save them. »
  4. D'après Greene 2000, p. 397, Simpson a été mis aux arrêts par Perry pour cause d'insubordination, avant d'être réintégré pour la bataille de la Clearwater où il a été blessé.

Références

  1. Forczyk 2011, p. 25.
  2. a et b Forczyk 2011, p. 43.
  3. Greene 2000, p. 50-51.
  4. a b c et d Forczyk 2011, p. 44.
  5. Greene 2000, p. 49.
  6. McDermott 2003, p. 5-10.
  7. McDermott 2003, p. 27-32.
  8. Greene 2000, p. 58.
  9. a et b West 2009, p. 143.
  10. a b c et d Brown 1967, p. 174.
  11. Greene 2000, p. 60.
  12. Greene 2000, p. 60, 64.
  13. Greene 2000, p. 62.
  14. a b c et d Greene 2000, p. 63.
  15. McWhorter 2001, p. 282-283.
  16. McWhorter 2001, p. 283.
  17. a et b Yellow Wolf et McWhorter 1940, p. 71.
  18. a b et c Yellow Wolf et McWhorter 1940, p. 72.
  19. Brown 1967, p. 174-175.
  20. West 2009, p. 144.
  21. a et b Greene 2000, p. 63-64.
  22. Greene 2000, p. 64.
  23. a b c d e et f Greene 2000, p. 68.
  24. Brown 1967, p. 177.
  25. a et b Brown 1967, p. 175-176.
  26. Greene 2000, p. 59, 66.
  27. Greene 2000, p. 66.
  28. a b c d e et f Greene 2000, p. 67.
  29. a b c et d Brown 1967, p. 178.
  30. Yellow Wolf et McWhorter 1940, p. 80.
  31. a b c d et e Brown 1967, p. 179.
  32. Yellow Wolf et McWhorter 1940, p. 82.
  33. a b c et d Greene 2000, p. 70.
  34. Brown 1967, p. 180.
  35. a et b Greene 2000, p. 71.
  36. Greene 2000, p. 69, 71.
  37. Yellow Wolf et McWhorter 1940, p. 76-77.
  38. Greene 2000, p. 74.
  39. a et b Josephy 1997, p. 540.
  40. Greene 2000, p. 65, 71.
  41. Brown 1967, p. 184.
  42. Brown 1967, p. 175.
  43. Josephy 1997, p. 541.
  44. Brown 1967, p. 185.
  45. Brown 1967, p. 186.

Annexes

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes

Liens externes